8.2 C
New York
mardi, septembre 27, 2022
Home A La Une JUSTICE: DECLARATION DU COMITE DIRECTEUR DE L'UPC-MANIDEM SUR LA CONDAMNATION DES...

JUSTICE: DECLARATION DU COMITE DIRECTEUR DE L’UPC-MANIDEM SUR LA CONDAMNATION DES MILITANTS DU MRC ET STAND-UP FOR CAMEROON

La situation des libertés politiques et des droits humains fondamentaux s’est considérablement aggravée ces derniers mois au Kamerun.

Des militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun viennent d’être frappés, dans un jugement inique, ignoble et inacceptable, de 7 ans d’emprisonnement ferme.
Le Comité Directeur de l’UPC-MANIDEM condamne fermement ce jugement qui vient s’ajouter au dilatoire judiciaire organisé depuis 15 mois pour maintenir abusivement en prison 5 jeunes militants de Stand up for Cameroon, à l’interdiction de fait qui
frappe illégalement l’UPC-MANIDEM depuis 1992 et ce malgré des décisions de justice favorables des plus hautes instances nationales et africaines saisies, ou encore à la condamnation en novembre 2013 à 3 ans de prison avec sursis de son président et de son secrétaire général de l’époque, simplement pour avoir contesté pacifiquement ELECAM.

Les militants du MRC comme les militants de Stand up for Cameroon, ont été arrêtés dans le cadre de l’exercice légitime de leurs droits politiques, exprimés de manière pacifique. Certains de ces militants ont été arrêtés en dehors de toute manifestation publique, après la clôture d’une simple réunion comme les militants de Stand up for Cameroon, ou même à domicile comme le porte-parole du MRC. Aujourd’hui, la moindre manifestation pacifique est illégalement et abusivement requalifiée en « insurrection » !

Sans un respect minimal de la liberté réelle d’expression et d’activité politique, aucun des partis ou des personnalités politiques qui veulent agir pour le changement réel au Kamerun n’est à l’abri de tels abus.

Aujourd’hui, c’est l’UPC-MANIDEM, c’est Stand up for Cameroon, c’est le MRC… Et demain, c’est qui ? Nous ne pouvons pas attendre de passer chacun.e à son tour à l’abattoir des libertés publiques, chacun.e se débattant pour son seul cas.

Aujourd’hui, nous devons tous.tes être et nous sommes tous.tes Alain Fogue, Mispa Awasum, Etienne Ntsama, Thele Membou, Bibou Nissack, Mira Angoung, Collins Nana, Moussa Bello,etc….

Le Kamerun ne pourra en aucun cas amorcer le moindre changement si la moindre activité
politique normale n’est plus garantie ! Tenir une simple réunion, rendre visite à son président ou manifester pacifiquement pour une revendication légitime (même si elle ne sera pas accordée) n’est pas possible sans risque au Kamerun !

C’est pourquoi le CD de l’UPC-MANIDEM appelle toutes les forces politiques démocratiques, les défenseurs des droits humains, les associations citoyennes, les personnalités de progrès, à s’engager dans un large Front National de Lutte pour la Liberté d’Action. Un front transpartisan, pour résister résolument et faire désormais échec aux abus et à la violation systémique des droits humains et politiques fondamentaux au Kamerun par le régime liberticide RDPC-Biya. Un front pour défendre toute personne qui sera victime de ce régime ultra-répressif.

L’UPC-MANIDEM appelle à une concertation le plus rapidement possible, entre les responsables non seulement des organisations déjà victimes flagrantes de ce régime, mais aussi de toutes les organisations qui le sont en sursis, et ceci hors de tout contexte de guerre de leadership. Car en effet, leader ou non, il s’agit ici d’arracher notre droit à tous.tes d’exercer librement nos activités politiques et associatives et d’exprimer librement nos revendications/aspirations sans aucune menace à cette liberté. Nous sommes des citoyens et non des sujets !

L’UPC-MANIDEM appelle toutes les organisations patriotiques et démocratiques de la Diaspora à soutenir un tel front national de lutte pour la liberté d’action, en mettant en œuvre leur liberté de mouvement et leurs moyens au service de cette cause.
Enfin, l’UPC-MANIDEM réaffirme sa disponibilité à œuvrer dans le meilleur esprit de rassemblement et de cohésion possible à la réussite d’un tel front, axé essentiellement sur la défense et le respect des libertés fondamentales sans lesquelles aucune action de changement ne sera possible au Kamerun.

« Un autre Kamerun est possible, d’autres choix sont nécessaires »

Fait à Douala le 28 décembre 2021 Pour le Comité Directeur de l’UPC-MANIDEM

Albert MOUTOUDOU : Président Membre du Bureau Politique

Augusta EPANYA : Vice-président chargé des relations

André BAYEMI Ghislain LEUKAM : internationales et panafricaines Trésorier


Comments

0 comments

Most Popular

ONU-MALI : LE DISCOURS MEMORABLE DU COLONEL ABDOULAYE MAÏGA QUI RENTRE DANS L’HISOIRE DE LA RUPTURE FRANCE-AFRIQUE

La France, l'ONU, Alassane Ouattara, Mohamed Bazoum, la CEDEAO principales cibles du Premier ministre malien en prennent pour leur grade, dans ce...

Le Président Emmanuel Macron à l’ONU le 20 septembre 2022 : Une amnésie scandaleuse à l’endroit  de l’Afrique  dite francophone.

Très intrépide, hélas ayant une énorme difficulté à cacher sa nervosité, le président français Emmanuel Macron en s’exprimant...

UN COMMISSAIRE DIVIDSIONNAIRE A LA TETE DES HORS LA LOI

LE MEDIATEUR UNIVERSEL Président de la Commission A Monsieur...

Affaire Daniel Tjan vs son Ex copine : ces manquements graves des officiers de gendarmerie

Trafic d’influence, enlèvement, mise en danger de la vie d’autrui, abus de pouvoir, dénonciation calomnieuse. C’est le moins...

Recent Comments

Comments

0 comments