Accueil / Afrique / Liberia – George Weah : « Les caisses sont vides ! »
Le chef de l’État au Peninsula, à Paris, le 22 février. © Vincent FOURNIER/JA
Le chef de l’État au Peninsula, à Paris, le 22 février. © Vincent FOURNIER/JA

Liberia – George Weah : « Les caisses sont vides ! »

Le nouveau président du Liberia doit faire face à de nombreux défis : changer l’image du pays, marquée par la guerre civile des années 1990 et la crise sanitaire et humanitaire d’Ebola, redresser l’économie et « aider les populations ». Mais avant tout, il lui faut répondre à l’urgence budgétaire : il faut 61 millions d’euros dans les trois mois. Rencontre.

«Je suis très fatigué.» Lorsqu’il reçoit Jeune Afrique ce 22 février à l’hôtel Peninsula, à Paris, George Weah fait d’emblée savoir que l’entretien sera court. Arrivé en France deux jours plus tôt pour sa première visite officielle hors du continent, il a enchaîné les rendez-vous sans répit. À chaque fois, il a plaidé pour un renforcement des liens entre l’Hexagone et le Liberia et mis en valeur les atouts économiques de son pays.

Comme pour rappeler que ce dernier ne se résume pas à la guerre civile qui l’a ravagé dans les années 1990 ou à l’épidémie d’Ebola qui l’a ébranlé entre 2014 et 2015. Devant les étudiants du Conservatoire national des arts et métiers, face aux patrons français du Medef, ou encore lors du déjeuner de travail qu’il a eu à l’Élysée avec Emmanuel Macron, l’ex-­footballeur devenu président a en substance tenu ce même discours.

Urgence budgétaire

George Weah à Paris, le 22 février 2018 © Vincent Fournier pour Jeune Afrique

Le président a besoin de quelque 75 millions de dollars (61 millions d’euros) pour les trois prochains mois

Mais le nouvel homme fort de Monrovia doit d’abord faire face à ce qu’il nomme lui-même une « urgence budgétaire » : payer les salaires des fonctionnaires. Ses équipes ont entamé des discussions avec le FMI et la Banque mondiale. En France, elles ont obtenu un don de 10 millions d’euros après que le Liberia a été inscrit sur la liste des bénéficiaires prioritaires de l’aide de l’Agence française de développement (AFD). Mais on est encore bien loin du compte.

D’après son entourage, le président a besoin de quelque 75 millions de dollars (61 millions d’euros) pour les trois prochains mois. Un chiffre que Weah ne confirme ni ne dément. Peut-être son gouvernement pléthorique – 83 membres – n’a-t‑il pas aidé à résoudre ce problème. Mais le président tient à rappeler les mesures sociales prises depuis son investiture pour « aider les populations » : « Nous avons fait baisser les prix des biens de première nécessité et réduit les impôts. »

Économie affaiblie par une « mauvaise gestion »

Le quartier de Gibraltar, à Monrovia, en janvier 2018. © Anna Sylvestre-Treiner pour JA

Quand on n’a ni la stabilité sociale ni la stabilité politique, on ne peut pas travailler au développement économique

En cet après-midi hivernal, Mister George, entouré d’amis – parmi lesquels Georges Wega, le patron de la filiale sénégalaise de la Société générale – et de ses plus proches collaborateurs, se dit conscient de l’immensité de la tâche.

L’ancien sénateur du comté de Montserrado (Monrovia), qui avait déjà tenté de conquérir la présidence en 2005 et la vice-présidence en 2011, affirme avoir hérité d’un pays « économiquement très affaibli », plombé par une « mauvaise gestion » – fragilité aggravée par l’incertitude qui a régné pendant la présidentielle.

« Quand les gens n’étaient pas sûrs qu’il y aurait un deuxième tour, ils sont allés déposer leur argent dans les banques des pays voisins. » Dans certains bureaux des administrations, « tout a été volé », poursuit celui qui assure avoir commandé un audit des comptes publics pour avoir une idée précise de la situation du pays. Il promet d’être « très exigeant » dans la lutte contre la corruption, dont il fait sa priorité.

Pour autant, George Weah se refuse à blâmer son prédécesseur, Ellen Johnson-Sirleaf, à qui l’on reproche de ne pas avoir suffisamment agi dans le domaine. Au Prix Nobel de la paix 2011, qui a aussi reçu le prix Mo Ibrahim 2017 à la mi-février, il reconnaît le mérite d’avoir œuvré pour le retour de la paix.

« Quand on n’a ni la stabilité sociale ni la stabilité politique, on ne peut pas travailler au développement économique », rappelle-t‑il. Cela justifie-t‑il des compromis, voire des alliances avec d’anciens chefs de guerre tels que Prince Johnson, aujourd’hui sénateur ? Sur ce point, Weah dégage en touche, refusant de se substituer à la justice.

L’appui des « pays amis »

Le président libérien et son homologue français Emmanuel Macron au palais de l’Élysée, le 21 février. © Christian Liewig/POOL/REA

Pour redresser l’économie libérienne, George Weah affirme avoir un plan qu’il ne pourra toutefois pas mettre en œuvre avant d’avoir réglé les problèmes budgétaires immédiats. Là encore, le leader de la Coalition pour le changement démocratique compte s’appuyer sur les « pays amis ». « Chaque fois que cela sera possible, nous irons chercher des ressources à l’extérieur pour construire les infrastructures dont le pays a besoin : routes, hôpitaux ou écoles. »

Il veut aussi inciter les investisseurs et la diaspora à revenir s’installer dans le pays. Pour cela, il compte réviser la Constitution, qui interdit la double nationalité. « Je l’ai proposé dans mon discours d’investiture : il faut permettre aux étrangers d’obtenir la nationalité libérienne. C’est comme cela que nous donnerons envie aux gens de travailler pour le développement de notre pays. Aujourd’hui, beaucoup de nos compatriotes partis pendant la guerre ne peuvent rentrer en tant que Libériens sous prétexte qu’ils ont entre-temps obtenu un passeport étranger. Ce n’est pas normal ! »

Le grand producteur de caoutchouc que nous sommes ne dispose pas d’une seule usine pour transformer localement cette matière première

Dans un discours au ton encore proche de celui d’une campagne électorale, le nouveau leader promet de faire en sorte que le Liberia profite mieux de ses propres ressources. Il annonce ainsi que son gouvernement va discuter avec les acteurs de la filière hévéa, dont le pays fut autrefois l’un des plus grands producteurs du continent.

L’objectif ? Évaluer dans quelle mesure ils pourraient contribuer davantage à l’essor économique national, et déterminer comment les y aider.

« Nous devons commencer à remonter dans la chaîne de valeur dans les principaux secteurs de notre économie, déclare-t‑il. Le grand producteur de caoutchouc que nous sommes ne dispose pas d’une seule usine pour transformer localement cette matière première utilisée dans la production des pneus. C’est absurde ! Que ce soit dans l’exploitation de bois ou de minerais de fer, nous devons parvenir à conclure des partenariats gagnant-gagnant pour les investisseurs et pour les Libériens. »

Avant de conclure : « Je veux vivre au Liberia longtemps, je ne veux pas être un président qui part vivre en exil après son mandat. C’est pour cela que je m’appliquerai à bien faire mon travail. »


Comment faire oublier les crampons

Est-il plus connu en tant que gloire du Paris Saint-Germain des années 1990 ou comme président du Liberia ? À Paris, à la fin de février, George Weah et sa délégation ont pu se rendre compte que son image de footballeur lui collait encore à la peau. La conférence de presse conjointe avec Emmanuel Macron, à l’Élysée, a ainsi été axée sur la coopération sportive – un sujet cher au chef de l’État français.

Et le dirigeant libérien a été interrogé, à plusieurs reprises, sur son pronostic pour le match PSG-Real Madrid, prévu le 6 mars, en huitième de finale retour de la Ligue des champions. « Il faut lui enlever cette étiquette définitivement et le voir enfin comme un chef d’État qui a d’autres préoccupations pour son pays », s’agaçait l’un de ses conseillers en communication dans les coulisses.

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

Le navire de l'ONG SOS Méditerranée a recueilli 629 migrants ce week-end. (Sipa Press)

Après le bras de fer entre l’Italie et Malte, l’Aquarius autorisé à accoster en Espagne

L’Aquarius a accosté en Espagne. Ce navire humanitaire, avec à son bord plus de 600 ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string mtFc3S to the field below: