Accueil / Société & Santé / Cameroun: pénurie du formol dans les morgues des hôpitaux publics
Hopitaux_Douala

Cameroun: pénurie du formol dans les morgues des hôpitaux publics

Yaoundé, le 25 février 2016
Monsieur le Ministre de la santé

Réf : 016/DOC/DEN/0216
Objet : Pénurie de formol dans les morgues des hôpitaux publics

Monsieur le Ministre,
La Commission indépendante contre la corruption et la discrimination vous présente ses compliments, et s’empresse de vous porter les graves et légitimes inquiétudes des citoyennes et citoyens, relativement à la pénurie de formol dans les formations sanitaires publiques.
En effet la situation a atteint un point critique, au point où même des médecins décédés, ne peuvent pas bénéficier de ce produit crucial pour la conservation de leur reste. De plus en plus des corps sont soit mal embaumés, soit pas embaumé du tout et balancés dans des caisses voire carrément au sol dans des salles infectes.
La Commission attire votre plus grande attention, sur le véritable problème de santé publique que constitue un tel manquement, dans des milieux hospitaliers où les conditions d’hygiène et de stérilisation des espaces et des équipements vitaux, ne respectent pas déjà les normes techniques et scientifiques requises.
La Commission s’interroge profondément, sur la signification à donner à la pénurie de formol dans le pays, et exige une enquête appropriée pour établir la chaîne de responsabilité. Il y a également lieu, de s’interroger sur l’absence d’une structure de production de ce produit au Cameroun. Pourquoi l’Etat ne s’en chargerait-il pas, au regard du caractère stratégique pour la santé publique ? La mauvaise conservation des corps, au-delà de constituer une faute inacceptable, est aussi un manque de respect choquant et impardonnable pour les défunts.
Dans cette attente de votre prompte et salutaire réaction, la commission saisi l’occasion pour vous assurer sa fraternelle considération citoyenne./.

Le Président de la Commission
SHANDA TONME
Médiateur universel
Copie : PM
SG/PR

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

Des Casques bleus de la Minusca en patrouille dans Bangui, le 12 février 2016. © Jerome Delay/AP/SIPA

Centrafrique : 41 Casques bleus soupçonnés d’agressions sexuelles

L’ONU a rendu les conclusions de son enquête sur les accusations d’agressions sexuelles en Centrafrique ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string MPG2BL to the field below: