Accueil / Société & Santé / Cameroun: l’excellence expliquée aux jeunes par André Siaka
Andre Siaka

Cameroun: l’excellence expliquée aux jeunes par André Siaka

Par AGA Alex Gustave Azebaze

S’adressant aux jeunes camerounais à l’occasion de la cérémonie de l’excellence académique des jeunes Bandjoun organisée à Douala, l’ancien patron des Brasseries du Cameroun et emblématique ancien président du Gicam, qui depuis sa retraite, a fondé Roud’taf, la plus professionnelle des entreprises nationales de BTP, expose sa vision de l’excellence par temps de globalisation. La redaction de Diaf-TV propose cette riche intervention à ses publics. AGA

LA CONCEPTION DE L’EXCELLENCE SCOLAIRE SELON ANDRÉ SIAKA

« Les élèves et étudiants doivent rechercher en permanence l’excellence »

André Siaka, le patron de Routd’Af et ancien président du Gicam a délivré un message en direction de la jeunesse en sa qualité de parrain de la journée de l’excellence visant à récompenser les meilleurs élèves et étudiants Bandjoun de Douala, le 26 août 2018.

C’était en sa qualité de parrain de cet événement de la Communauté Bandjoun du Wouri, piloté par l’Ugeb, son Elite. Une réflexion et une démarche que devrait lire et adopter toute la jeunesse d’Afrique.

Mes jeunes amis,

Je vais commencer mon propos par de l’actualité boursière : la semaine dernière à la Bourse de New York (Wall street), la firme Apple (celle qui fabrique les ordinateurs, qui a inventé la tablette, qui produit le iphone, le ipad…) a franchi la barre des 1000 milliards de dollars de capitalisation (à titre d’illustration, le budget du Cameroun pour 2017 est 8,5 milliards de dollars…..). Ce groupe, créé par Steve Jobs de regrettée mémoire, est aujourd’hui en tête de l’industrie du numérique dans le monde…

Intéressons-nous plus particulièrement au personnage de Steve Jobs, qui a insufflé à ce groupe l’âme qui aujourd’hui le positionne à la tête du peloton, dans ce domaine de

pointe, malgré la concurrence redoutable des pays d’Asie du Sud Est ainsi que les hautes exigences technologiques et d’innovation.

En parcourant la biographie de Steve Jobs, on découvre qu’il fut abandonné à la naissance par ses parents biologiques et élevé par un couple de parents adoptifs. Son père, un ancien mécanicien de la marine américaine, une fois démobilisé de l’armée, s’installa à son propre compte comme artisan. Il rachetait des objets usagés, les retapait et les revendait. Dans le garage familial qui servait d’atelier, le père, Paul Jobs qui savait tout faire de ses mains, n’a pas arrêté d’enseigner une leçon à son fils. Cette leçon, que son fils répétera plus tard : « Un bon artisan apporte le même soin à toutes les parties de son travail, que celles-ci soient visibles ou non. Un vrai artiste achève toujours son œuvre. Un menuisier digne de ce nom n’utilise pas du bois de mauvaise qualité pour faire le fond de son armoire ! »… Le fils, une fois devenu grand, transposera ces principes dans le monde de l’industrie informatique qu’il révolutionnera : les produits Apple ont une réputation de soin, de finition, de fiabilité et de prestige qui de loin, dépasse leur fonctionnalité. En achetant un produit Apple, on s’achète un statut…

Cette success story, je vous la raconte pourquoi, mes amis ? Eh bien, juste pour vous dire que l’excellence, l’objet de mon adresse ce jour, est un TOUT. Un tout qui ne s’accommode ni d’à peu près, ni de quelque relâchement que ce soit.

Qui dit Excellence, dit d’abord SAVOIR. Un savoir que vous avez acquis essentiellement à l’école, un savoir qui demande la plus haute exigence, en termes de concentration, d’études, de temps de travail. Mais aussi une exigence qui ne finit jamais. La conquête du savoir est une «colline sans fin ». On la gravira sans cesse, si on veut rester performant, si on veut rester excellent.

Qui dit Excellence, dit ensuite SAVOIR-FAIRE : ce que vous avez appris à faire, votre métier, devra être maîtrisé jusque dans les plus infimes détails. C’est cela qui fera la différence entre vous et les autres. Ce savoir-faire est d’autant plus exigeant que de nos jours, l’ingénieur qui sort de Polytechnique au Cameroun est, sur un marché du travail mondialisé, en concurrence avec un autre sorti d’une école d’ingénieurs à Hong-Kong. La concurrence est rude et il faut chercher à se classer et à se maintenir parmi les meilleurs.

Qui dit excellence, dit enfin SAVOIR-ÊTRE : Ce sont des hommes accomplis que recherchent les entreprises et les institutions, pour pouvoir gagner, dans un monde où la compétition fait rage. Il est indispensable, au-delà du savoir, du savoir-faire, de veiller à se construire une personnalité ancrée sur des valeurs humanistes : « l’homme est la mesure de toute chose », disait le philosophe… Il est essentiel que votre parcours, soutenu par un travail sans relâche et une discipline de tous les jours, soit guidé par un ensemble de principes parmi lesquels intégrité, responsabilité, fiabilité doivent occuper une bonne place. Ce sont des guides qui vous permettront de vous distinguer, toujours… Vos connaissances livresques, vos compétences professionnelles ne seront rien, si elles ne fleurissent pas sur le terreau d’une personnalité riche et équilibrée. Si vous décidez de pratiquer une profession, un art, un sport, faites-le de manière appliquée et approfondie le mieux possible. Vous en tirerez le plus grand bénéfice…

Vous pouvez maintenant vous demander à juste titre : l’Excellence a-t-elle encore sa place dans le Cameroun d’aujourd’hui ? Sauf à réduire l’Excellence à la seule dimension SAVOIR, je vous répondrais que plus que jamais elle doit être au centre de votre démarche, de la démarche de toute notre jeunesse. Une invention majeure peut révolutionner une industrie, changer la vie de millions d’habitants …. Et pourquoi pas nous ? Sommes-nous condamnés à rester d’éternels consommateurs ? Il ne faut pas croire que ce soit une affaire de génie, encore que Thomas Edison, le célèbre inventeur américain entre autres de l’électricité (il a déposé plusieurs centaines de brevets d’invention dans sa vie), déclarait en homme d’expérience que le génie c’est 1% d’inspiration, 99% de transpiration…. À bon entendeur !

Pour conclure mon propos, je voudrais revenir sur notre star du jour, Steve Jobs. Le souvenir que les générations futures garderont de lui, ce ne sera pas les milliards de dollars qu’il aura laissés derrière lui, mais plus sûrement la révolution de l’industrie du numérique, qui change en profondeur notre façon de vivre et de travailler.

Une anecdote pour terminer : l’allocution que je viens de prononcer a été finalisée ce matin sur le chemin retour de l’Ouest, à l’aide d’une tablette, un iPad…. J’ai juste eu à passer par le bureau l’imprimer avant d’arriver ici. Merci Steve Jobs !

André Siaka

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

L'excellence en sciences

Cameroun: la fellation enseignée en classe de 5e

Par Alex Gustave Azebaze Ce que beaucoup redoutaient tant relativement à « l’éducation sexuelle » aux enfants ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string KXXmrw to the field below: