8.2 C
New York
mardi, novembre 30, 2021
Home Afrique Louis Keumayou : "des enfants de 14 ans sont employés par Bolloré"...

Louis Keumayou : « des enfants de 14 ans sont employés par Bolloré » au Cameroun

Les journalistes qui enquêtent sur ses pratiques « ont très peu de chance d’être entendus », « même en France », a affirmé mercredi sur franceinfo Louis Keumayou, le président du club de l’information africaine.

Vincent Bolloré est en garde à vue depuis mardi 24 avril. Il est soupçonné de corruption et de trafic d’influence. Louis Keumayou, journaliste et président du club de l’information africaine, est revenu mercredi 25 avril sur franceinfo en détail sur l’empire de l’industriel français sur le continent africain. Il affirme que le groupe Bolloré emploie des « enfants de 14 ans » dans certains pays africains et que les journalistes qui enquêtent sur ses pratiques « ont très peu de chance d’être entendus », « même en France ».

franceinfo : Comment le groupe Bolloré est-il devenu si puissant ?

Louis Keumayou : En 1981, il n’a que 29 ans quand il rachète les affaires familiales, à l’époque spécialisées dans la vente de papier, destiné à la Bible et au papier à cigarettes. Il vient de la banque Rothschild. Il rachète une entreprise quasiment en faillite au franc symbolique et il en fait un grand groupe industriel. En 1981, 1995, 2005 et 2015, il acquiert de nombreuses entreprises, des banques notamment, le groupe Havas et Vivendi. Il a aujourd’hui un empire sur le continent africain qui ne se limite plus à l’industrie du bois mais également au réseau ferroviaire, la gestion des ports à conteneurs. Il est devenu quasi incontournable, même l’armée française, pour sa logistique, s’appuie sur les entreprises du groupe Bolloré pour transporter et acheminer son matériel.

Dans quels pays africains le groupe Bolloré est-il présent ?

Il n’est pas présent uniquement dans la zone francophone contrairement à ce qu’on pourrait penser. Il est bien sûr en Côte-d’Ivoire, au Cameroun et au Togo mais aussi au Libéria. Il est dans l’industrie du bois, il est dans la gestion des ports, dans la communication. Surtout, il est dans les médias avec Canal+. Même si Canal est en perte de vitesse en France, elle a une grande popularité sur le continent africain, notamment via la Ligue des champions, qui fait qu’aujourd’hui Canal+ est pratiquement le premier opérateur de télévision payante sur le continent.

On dit que Havas, l’une des filiales du groupe, a pu influencer des élections présidentielles. De quelle façon ?

En faisant de la communication politique tout simplement. Le président de la Guinée à Konakry a été élu accompagné en termes de communication par Havas. Le président togolais a été accompagné de la même manière par le groupe Havas. Au-delà de cette accompagnement politique, il y a des choses beaucoup plus polémiques comme la gestion des entreprises dans l’agro-industriel au Cameroun où des enfants de 14 ans sont employés par Bolloré, la même chose au Libéria. Quand ces affaires-là sont soulevées, aussi bien au Cameroun qu’en Côte-d’Ivoire ou au Libéria, les journalistes qui en parlent ont très peu de chance d’être entendus et même en France.

Comments

0 comments

Most Popular

Cameroun: la double nationalité supposée de Samuel Eto’o en débat sur Diaf TV

Basés respectivement en France, au Cameroun et aux USA, - Amedee Dimitri Touko Juriste et Analyste Politique,- Hilaire HAME KOUE, Journaliste- Georges...

SYGERCAM Douala: entretien avec Yannick Guetse, Président de Bantu Development Initiative

Les contours et surtout l'intérêt du  Salon SYGERCAM (Synergie Germano Camerounaise) qui se tiendra du 13 au 16 Décembre 2021 à l’hôtel Best Western...

Daniel YAGNYE TOM au sujet du Cameroun: le pays dans l’impasse

1960 est considérée comme l'année "magique" du soleil des indépendances où la plupart des états de l'Afrique subsaharienne...

Synergies Germano-Camerounaises : entretien avec Yannick Guetse V.

Yannick Guetse Voufo, Président de l’Association Bantu développement initiative, nous parle de la deuxième édition des Synergies Germano-Camerounaises.

Recent Comments

Comments

0 comments