8.2 C
New York
mercredi, septembre 22, 2021
Home A La Une DECLARATION DE L'UPC MANIDEM SUR LA SITUATION AU TCHAD

DECLARATION DE L’UPC MANIDEM SUR LA SITUATION AU TCHAD

COMITE DIRECTEUR / STEERING COMMITTEE DECLARATION SUR LE TCHAD

L’UPC-MANDIDEM a tenu la session ordinaire de son Comité Directeur (CD) le 15 mai 2021.
Le CD s’est ouvert par une minute de silence, en hommage au regretté camarade MINDJA NDJOLE Hilaire, décédé le 11 mai 2021 à Yaoundé des suites de maladie.
Les travaux ont été présidés par le camarade ANKAYE Jeannot, le camarade TCHALEU Barthélémy faisant office de secrétaire.

Les événements récents du Tchad, depuis la mort de son Président Idriss Deby, ont
particulièrement retenu l’attention des membres du CD. Ils ont relevé quelques faits suivants :

Idriss Deby qui venait de se faire réélire à l’occasion d’une mascarade électorale où il n’avait pas lésiné sur les moyens pour mater l’opposition est mort brutalement. Sa disparition s’apparente à un assassinat perpétré par des forces obscures. A la suite de quoi les mêmes forces tentent de mettre à l’écart toutes les institutions (Constitution, Assemblée nationale et Gouvernement).


 En plus de l’assassinat, il y a la prise de pouvoir par le Conseil Militaire de la Transition (CMT), dirigé par Mahamat Idriss Déby Itno, avec la complicité active de l’Etat français représenté par son Président Emmanuel Macron ; avec aussi des complicités régionales telles celles de Paul Biya et Sassou Nguesso, sans oublier celles d’organismes de l’UA.

 Par la répression, on tente de mettre à l’écart des forces issues du peuple alors qu’elles n’expriment que leur légitime volonté d’avoir leur mot à dire.

 La persistance de la crise sécuritaire dans le couloir Libye-Tchad et les menaces qui pèsent sur les pays voisins tel le Kamerun.
Le CD observe que, à l’exemple de beaucoup d’autres de ses pairs, le Président Deby a été
incapable de trouver une réponse à la volonté populaire d’un changement véritable. Il s’est fatigué tout seul par la gangrène de la corruption et du népotisme qu’il a cultivée, par des conflits armés permanents, tout en se croyant à l’abri d’un pouvoir dictatorial qui aura duré 30 ans. Les récents évènements du Tchad constituent un épisode de plus de la contradiction décisive qui oppose les peuples africains aux pouvoirs locaux composés d’hommes occupés à se maintenir au pouvoir, et seulement pour s’enrichir et enrichir leur entourage. Et, dans cet objectif du pouvoir pour l’enrichissement, ces hommes acceptent de se soumettre aux puissances impérialistes et leurs cartels,
contre les intérêts du pays et de ses populations.

Le Comité Directeur de l’UPC-MANIDEM insiste sur ceci : une fois encore un pays africain est mis devant le refus du droit du peuple à disposer de lui-même, à choisir librement ses dirigeants légitimes.

Ainsi en va-t-il du Tchad comme d’autres pays africains, contraints d’errer dans des solutions de fortune, sanglantes à répétition ; le but étant le même : maintenir des « pouvoiristes » au pouvoir, afin de préserver la poursuite du pillage des richesses de ces pays au profit des puissances capitalistes et de leurs multinationales, alors que les peuples africains croupissent dans la misère et l’insécurité.

Dans le cas actuel du Tchad, la vraie solution, celle qui respecte les peuples, celle qui invite à la paix et à la détente, passe par la rupture avec l’ordre néocolonial et le respect de la volonté du peuple tchadien à définir ses propres choix en se servant des leçons de son histoire.

Le Comité Directeur de l’UPC-MANIDEM :

 Approuve toutes les initiatives prises en cette circonstance par des organismes et des dirigeants du parti, seuls ou en partenariat avec d’autres patriotes nationaux ou panafricains, dans la condamnation du coup d’Etat construit et exécuté sur le dos du peuple tchadien en lutte contre la dictature néocoloniale.

 Exprime son indignation devant le spectacle macabre et indigne, la mise en scène des forces néocolonialistes pour préserver leur ordre sur le dos du peuple tchadien.

 S’incline devant les victimes des récents évènements et compatit avec les familles ainsi mises en difficulté sur les deux rives du fleuve Logone.

 Demande avec insistance qu’une enquête nationale et internationale soit diligentée au Tchad pour faire toute la lumière sur la mort du Président et sur les victimes tchadiennes des violences perpétrées contre les populations après le coup d’état.

 Désapprouve toute ingérence et influence étrangères dans les affaires tchadiennes.

 Exhorte le peuple Tchadien à ne pas se laisser voler sa transition véritable, et à se mobiliser pour adopter dans des délais raisonnables et fermes une nouvelle constitution ainsi qu’un code électoral, pour aller vers des élections libres, équitables et démocratiques.

 Invite le peuple tchadien en lutte à amender la charte de transition imposée par le CMT afin d’obtenir un équilibre de pouvoirs entre les divers branches du gouvernement provisoire à savoir l’exécutif, le législatif et le judiciaire.

 Appelle à la participation de toutes les forces vives du Tchad, les partis politiques et les
organisations de la société civile, les jeunes et les femmes, la diaspora, à s’organiser pour une transition véritable.

 Salue et encourage la solidarité active que manifestent les organisations des dynamiques
panafricaines, en soutien aux peuples en lutte pour la libération véritable du continent et
l’avènement d’une Afrique Unie débarrassée de la gangrène néocoloniale et au service des peuples.

 Appelle les peuples africains à être vigilants, car des conflits de ce genre se multiplient à travers le continent : hier le Mali et le Burkina Faso, aujourd’hui le Tchad…à qui le tour demain ?

 Assure le peuple tchadien de la solidarité militante de l’UPC-MANIDEM.

« Un autre Tchad est possible, d’autres choix sont nécessaires ».

Fait à Douala, le 15 mai 2021

Comments

0 comments

Most Popular

ABDELAZIZ BOUTEFLIKA: LE FENNEC ALGERIEN A TIRE SA REVERENCE

             BOUTEFLIKA ! un nom qui aura tenu l’ALGERIE en haleine ces deux dernières décennies .             BOUTEFLIKA , le natif de OUJDA ,...

Covid-19 en Afrique : « Il faut vacciner avant qu’il y ait une flambée de cas de nouveaux variants »

par Anne-Sophie Pieri Découvert en Afrique du Sud, une nouvelle version du coronavirus, le C.1.2, regroupe de nombreuses mutations intrigantes. Faut-il...

ALPHA CONDÉ : « JE RESTE ENCORE LE PRÉSIDENT ÉLU DE LA GUINÉE »

© Source : Mondafrique Aux émissaires de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qu’il recevait lors...

Le Cameroun de Biya : quarante ans d’une confiscation tribale du pouvoir

© 2021 – Icicemac. All Rights Reserved. En 40 ans d’un régime hypercentralisé, archaïque, autoritaire et patrimonial, Paul Biya le...

Recent Comments

Comments

0 comments