Accueil / Société & Santé / Zimbabwe : Sten Zvorwadza, syndicaliste, arrêté pour avoir qualifié Mugabe de « mort vivant »
Le président Robert Mugabe et sa femme Grace à Harare, Zimbabwe, le 28 août 2017.
Le président Robert Mugabe et sa femme Grace à Harare, Zimbabwe, le 28 août 2017.

Zimbabwe : Sten Zvorwadza, syndicaliste, arrêté pour avoir qualifié Mugabe de « mort vivant »

Un responsable syndical zimbabwéen a été arrêté pour avoir comparé à « un mort vivant » le président Robert Mugabe, 93 ans, qui règne d’une main de fer sur le pays depuis trente-sept ans, ont rapporté mercredi les avocats du militant.

A la tête d’une association professionnelle de vendeurs, Sten Zvorwadza a été arrêté mardi et inculpé d’insulte au chef de l’Etat, a indiqué dans un communiqué l’ONG Avocats du Zimbabwe pour les droits de l’homme (ZLHR) qui a pris sa défense.

Dans un entretien accordé à la presse locale, le syndicaliste avait critiqué en termes peu amènes la récente décision du gouvernement d’interdire les vendeurs de rues dans la capitale Harare.

« Nous n’obéirons pas à une telle ineptie, nous resterons dans les rues », a-t-il déclaré dans les colonnes du quotidien DailyNews lundi. « Les Zimbabwéens doivent comprendre que Mugabe est vieux et qu’il est un mort vivant ».

M. Zvorwadza conteste la volonté du régime d’interdire l’activité des vendeurs informels à Harare, de plus en plus répandue dans un pays en proie au chômage de masse et une sévère crise économique.

Au pouvoir depuis l’indépendance du Zimbabwe en 1980, Robert Mugabe est régulièrement épinglé pour réprimer systématiquement les critiques de son régime.

En mars, deux journalistes avaient été arrêtés pour avoir écrit que le chef de l’Etat, qui quitte fréquemment son pays pour se faire soigner, était en « mauvaise santé ».

En janvier, un pasteur avait également été interpellé pour avoir prédit le décès cette année de Robert Mugabe.

Avec AFP

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

Des réfugiés camerounais, ici à Bashu-Okpambe, dans l'Etat de Cross Rivers, au sud-est Nigeria, le 31 janvier 2018.
© PIUS UTOMI EKPEI / AFP

Cameroun : les réfugiés se trouvant au Nigeria repoussent l’aide humanitaire de Yaoundé

Les réfugiés camerounais au Nigeria écrivent au HCR pour dire non à l’aide humanitaire que ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string vN08Uv to the field below: