Accueil / Société & Santé / Tunisie : plus de 700 arrestations depuis le début des manifestations
Les pillages et émeutes nocturnes ont obligé l'armée à se déployer autour de nombreux bâtiments sensibles.
Les pillages et émeutes nocturnes ont obligé l'armée à se déployer autour de nombreux bâtiments sensibles.

Tunisie : plus de 700 arrestations depuis le début des manifestations

Près de 780 personnes ont été arrêtées en Tunisie depuis le déclenchement lundi des troubles sociaux alimentés par des mesures d’austérité, a précisé vendredi le porte-parole du ministère de l’Intérieur Khlifa Chibani sur la radio privée Mosaïque FM.

Le mouvement « Fech Nestannew » (« Qu’est-ce qu’on attend »), qui a lancé en début d’année la contestation contre la hausse des prix, a appelé de son côté à une nouvelle mobilisation vendredi.

Selon M. Chibani, aucun acte de violence, de vol ou de pillage n’a été enregistré dans la soirée de jeudi dans le pays. Il a affirmé que les heurts entre jeunes et policiers avaient été « limités » et « sans gravité ».

Il a pourtant ajouté que 151 personnes impliquées dans des actes de violence ont été arrêtées jeudi, portant le total des arrestations à 778 depuis lundi.

Selon un correspondant de l’AFP à Siliana, une ville du nord-ouest, des dizaines de jeunes ont jeté des pierres durant environ trois heures dans la nuit de jeudi à vendredi sur des agents des forces de sécurité qui ont riposté par des tirs de gaz lacrymogènes.

La situation est en revanche restée calme à Kasserine, Thala et à Sidi Bouzid, dans le centre défavorisé du pays, ainsi qu’à Tebourba, ville à 30 km à l’ouest de la capitale, marquée par de nombreuses manifestations et heurts ces derniers jours, ont rapporté des correspondants de l’AFP et de médias locaux. Un protestataire est mort à Tebourba lors des heurts dans la nuit de lundi.

La banlieue de Tunis est aussi restée calme dans la nuit de jeudi à vendredi.

Les troubles alimentés par une grogne sociale persistante ont éclaté lundi, à l’approche du septième anniversaire de la chute du dictateur Zine el Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011, chassé du pouvoir par une révolution réclamant notamment « travail », « dignité » et la fin de la corruption.

Le mois de janvier est traditionnellement marqué par une mobilisation sociale en Tunisie depuis la révolution de 2011. Le contexte est particulièrement tendu cette année à l’approche des premières élections municipales de l’après-révolution, plusieurs fois reportées et prévues en mai.

Avec AFP

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

La rue Ministre à Abidjan a été fortement dégradée par les pluies de ces derniers jours en Côte d'Ivoire, le 20 juin 2018.
© RFI/Frédéric Garat

Côte d’Ivoire : les abidjanais s’entraident pour soutenir les sinistrés

Face aux menaces à venir en matière de pluies diluviennes et aux dégâts causés dans ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string 4B2FjW to the field below: