Accueil / Afrique / Sommet de l’Union européenne : un accord sur les migrations a été trouvé
Le premier ministre italien Giuseppe Conte quitte le sommet européen de Buxelles, le 29 juin. ERIC VIDAL / REUTERS
Le premier ministre italien Giuseppe Conte quitte le sommet européen de Buxelles, le 29 juin. ERIC VIDAL / REUTERS

Sommet de l’Union européenne : un accord sur les migrations a été trouvé

Le président du Conseil européen Donald Tusk a estimé vendredi qu’il était « beaucoup trop tôt pour parler d’un succès » après l’accord signé par les Vingt-Huit à Bruxelles.

Neuf heures de négociations et un accord au petit matin. Les vingt-huit dirigeants de l’Union européenne (UE), réunis en sommet à Bruxelles, sont parvenus à s’entendre sur le dossier migratoire au bout de la nuit, vendredi 29 juin vers 4 h 30, a annoncé le président du Conseil européen, Donald Tusk.

L’objectif affiché est de mieux protéger les frontières du bloc et de renforcer les règles d’accueil, a expliqué, vendredi, le président français, Emmanuel Macron : « La coopération européenne l’a emporté (…). La solidarité que nous devons aux premiers pays d’entrée a été actée lors de ce sommet. »

Les Vingt-Huit se sont mis d’accord sur la création de centres d’accueil sur le sol européen, sur la base du volontariat et pour se pencher sur l’instauration de dispositifs d’accueil situés en dehors de l’UE, montrent les conclusions publiées vendredi. Mais M. Tusk a tenu à nuancer vendredi la signature de cet accord. Pour le président du Conseil européen, il est « beaucoup trop tôt pour parler d’un succès ».

« Nous avons réussi à obtenir un accord (au sommet) mais c’est en fait la partie la plus facile de la tâche qui nous attend sur le terrain, quand nous commencerons à le mettre en oeuvre. »

» Le détail des conclusions du Conseil européen est à lire ici.

Accord sur l’ouverture de centres « contrôlés » en Europe

Les dirigeants se sont entendus pour instaurer un système « volontaire »de centres dits « contrôlés », en Europe, avec l’objectif de tenter de gérer de manière moins chaotique les futurs bateaux arrivant de Libye et entrant dans les eaux internationales et que, dans le respect du droit de la mer, les Européens se doivent de secourir.

Dans ces centres, une distinction serait faite « rapidement » entre migrants irréguliers à expulser et demandeurs d’asile légitimes, qui pourraient être répartis dans l’UE, là aussi « sur une base volontaire ». C’est cette esquisse de « hot spots » de nouvelle génération, sur laquelle les Vingt-Huit ont buté pendant des heures.

« Les centres en Europe se feront sur une base volontaire dans les pays de premier accueil. Ils doivent dire s’ils sont candidats. Certains l’ont exprimé autour de la table. Ils leur appartient de le faire publiquement », a expliqué Emmanuel Macron, vendredi à mi-journée. Quelques heures plus tard, le président français a annoncé que la France « n’ouvrira pas de centres »fermés. L’Autriche, par la voix du chancelier Sebastian Kurz a également écarté l’idée d’accueillir un tel centre. « On n’est pas un pays de première arrivée, sauf si les gens sautent en parachute », a-t-il déclaré.

C’est aussi ce que M. Macron a fait valoir pour expliquer qu’il avait refusé l’ouverture d’un centre d’accueil en France.

« La France n’est pas un pays de première arrivée. Certains voulaient nous pousser à cela, c’est un peu ce que les polémiques récentes ont conduit certains à nous pousser à faire. Je l’ai refusé ».

Examiner l’idée de « plates-formes de débarquement » hors de l’UE

Autre point d’accord trouvé : l’idée de « plates-formes de débarquement » hors de l’UE. Ce concept est emprunté au Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Il est toutefois encore vague. Ces centres pourraient se situer dans des pays d’Afrique du Nord. On ignore si ces derniers accepteront. Le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, a déclaré, jeudi, que son pays rejetait l’idée de tels centres. Le président albanais s’y est également opposé. La Tunisie n’est pas non plus favorable.

« Toute solution doit être une solution européenne », a réagi, vendredi matin, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), estimant que les centres de gestion des demandeurs d’asile devaient être situés en Europe et non à l’étranger. Les Européens ont également décidé de renforcer leurs frontières extérieures, notamment en augmentant les aides à destination de la Turquie et de l’Afrique du Nord, afin d’éviter de renouer avec des flux comparables à ceux que l’Europe avait enregistrés en 2015.

Continuer à travailler sur la réforme de la convention de Dublin

L’accord appelle aussi les Etats membres à « prendre toutes les mesures »internes nécessaires pour éviter les déplacements de migrants entre pays de l’UE, ces « mouvements secondaires » convergeant souvent vers l’Allemagne, où ils sont au cœur du débat politique qui fragilise Angela Merkel.

Les Vingt-Huit vont continuer à travailler sur une réforme de la convention de Dublin, censée instaurer un partage plus équitable des réfugiés, mais sa conclusion n’est pas fixée. « Un consensus doit être trouvé au sujet du règlement de Dublin afin de le réformer sur la base d’un équilibre entre responsabilité et solidarité, prenant en compte les personnes débarquées à la suite d’opérations de recherche et de sauvetage », souligne le communiqué publié vendredi matin.

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

A resident of New Caledonia's capital, Noumea, casts his vote at a polling station as part of an independence referendum, Sunday, Nov. 4, 2018. Voters in New Caledonia are deciding whether the French territory in the South Pacific should break free from the European country that claimed it in the mid-19th century. (AP Photo/Mathurin Derel)

Nouvelle-Calédonie: le « Non » à l’indépendance plébiscité à 56,4%

Référendum en Nouvelle-Calédonie: le « non » à l’indépendance l’emporte avec 56,4% des voix NOUVELLE-CALÉDONIE – Le ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string 7Pwli0 to the field below: