Accueil / Justice / Procès Gbagbo à la Haye : Philippe Mangou demande des excuses devant la CPI
Philippe Mangou devant la CPI à La Haye, le 5 octobre 2017.
© Capture d'écran AbidjanTV.net
Philippe Mangou devant la CPI à La Haye, le 5 octobre 2017. © Capture d'écran AbidjanTV.net

Procès Gbagbo à la Haye : Philippe Mangou demande des excuses devant la CPI

Jeudi 5 octobre se tenait la dernière journée d’audition d’un témoin clé au procès de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devant la Cour pénale internationale. Philippe Mangou, ancien chef d’état-major des armées de l’ex-président ivoirien pendant la crise post-électorale de 2010-2011, a conclu sa déposition par une véritable salve contre Gbagbo. Il rappelle qu’à plusieurs reprises il a tenté d’alerter l’ancien président sur les risques de violences au lendemain des élections de 2010.

Philippe Mangou s’est montré ouvert et toujours prêt à infirmer ou à confirmer un fait. L’ex-chef d’état-major des armées se décrit comme un fils de pasteur, guidé par un souci de vérité. Témoigner à ce procès est « une tribune » pour « dire ce qu’il a vu et ce qu’il a entendu », souligne-t-il.

Philippe Mangou faisait partie des proches de Laurent Gbagbo. Et pourtant, tout au long de sa déposition, il conserve ses distances. Et décrit avec des mots plats ses rapports avec Laurent Gbagbo : il s’agit « de relations de président de la République à chef d’état-major des armées, donc de chef à collaborateur ».

Le ton de Philippe Mangou est beaucoup plus dur lorsqu’il s’agit de parler du Cecos, cette brigade de lutte contre le banditisme, composée essentiellement de partisans de l’ancien président. Une unité, qui selon lui, avait dévié de ses objectifs. Philippe Mangou accuse ouvertement Laurent Gbagbo d’avoir violé l’embargo sur les armes pour équiper cette unité en armes de guerre.

Ton critique également pour parler du commando invisible que les Forces de défense et de sécurité combattaient dans le quartier d’Abobo.

Pas évident enfin de cerner son rôle sur l’ensemble des épisodes de la crise post-électorale. Comme pour la vidéo montrant des blindés lors de la répression de militants pro-Ouattara à Abobo. Philippe Mangou répond d’un air détaché que ses éléments « n’étaient pas dans cette configuration ».

Pour conclure sa déposition, Philippe Mangou a tenu à s’excuser, au nom des forces armées ivoiriennes « pour les désagréments » causés durant la crise.

Je voudrais, avec votre autorisation, demander pardon au nom de toutes les Forces de défense et de sécurité que j’ai eu l’insigne honneur de commander, et en mon nom personnel demander pardon à toute la communauté ivoirienne pour le désagrément que nous avons pu causer pendant la crise post-électorale, souhaiter nos sincères condoléances à toutes les familles qui ont perdu un être cher et un prompt rétablissement à tous ceux qui sont blessés.
Philippe Mangou

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

L'ancien président gambien, Yahya Jammeh à son arrivée à l'aéroport de Banjul avant de prendre son avion pour l'exil, le 21 janvier 2017.
© ©Thierry Gouegnon/REUTERS

Gambie – affaires de Yahya Jammeh : la commission d’enquête a prolongé ses travaux

En Gambie, la commission d’enquête autour des affaires financières de Yahya Jammeh pourra siéger plus ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string 5ckvKz to the field below: