Accueil / A La Une / Nécrologie: le Pr. Moukoko Priso n’est plus
Moukoko Priso

Nécrologie: le Pr. Moukoko Priso n’est plus

Tel un couperet, la triste nouvelle du décès de Moukoko Priso, aka Elenga MBuyinga (nom de la clandestinité), survenu hier matin 28 juin 2018 sis en France, s’est répandue comme une traînée de poussière, plongeant dans une profonde tristesse la grande famille de l’Union des Populations du Cameroun (UPC), ses sympathisants et nombreux camerounais, tout bord politique confondu.

Né le 3 juin 1942 dans le petit village de Ndoulou dans l’arrondissement de Dibombari, région du Littoral; cet homme de lettre et des chiffres quitte la scène à 76 ans.
Ancien élève du Lycée général Leclerc, son baccalauréat C en poche, il s’envole pour la France où il poursuit ses études supérieures de mathématiques à l’université de Clermont-Ferrand.
A son entrée à l’UPC, il est reçu et encadré par son mentor d’alors, Woungly Massaga. Il deviendra président de l’Union National des Etudiants kamerounais(UNEK) en 1969 et dont les pères fondateurs furent les deux médecins camerounais Bebey Eyidi et Zogo Massing.

Comme la plupart de ses camarades nationalistes et upécistes,la prison politique est leur réalité quotidienne sous la terreur de Fochivé, patron des services du renseignement camerounais(CENER). Il est condamné à 5 ans de prison ferme par contumace en 1970. Il restera en exil et retournera au Cameroun en 1990.

Ancien secrétaire général de l’UPC il nous livrait il y a quelques temps sur le plateau de Diaf-tv, comment relever ce parti historique dans le tourment.
Il revient sur le déclic qui l’engagera à l’UPC alors qu’il est encore à l’école primaire dans le Moungo et clarifiait le point sur l’exclusion d’Augustin Frederic Kodock du parti au symbole de crabe.
Il lève également au courant de cet entretien sur diaf-tv, le flou sur la supposée qualité d’ancien membre de l’UNEK et de l’UPC, du Président actuel du RDPC. Nous l’écoutons.

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Dans une publication faite ce jour par notre confrère Jean-Marc Soboth sur son mur facebook, Moukoko Priso est le tout premier écrivain à avoir confronté intellectuellement, il y a trois décennies, le séparatisme de l’ancien bâtonnier Fon Gorji Dinka (SCNC) en rappelant que la réunification de 1961 ne conduisait qu’à une absorption de la partie occidentale dans un processus d’ « annexion » « francophonisant »…

Plus de 45 ans de loyaux services comme enseignant de mathématiques dans les universités et lycées, c’est plusieurs générations de camerounais qui pleurent ce vaillant citoyen engagé.

Auteur de plusieurs livres dont un titré « le tribalisme et problème national en Afrique noire : l’exemple du Cameroun (publié chez l’harmattan) ». C’est un délice que cet homme de lettres et de sciences nous offrait chez nos confères de Vox Africa où il avait été reçu pour parler de l’épineuse question du chauvinisme ethnique et du tribalisme que la bourgeoisie en place au Cameroun utilise pour opposer les camerounais.

Cet expert et amoureux des lettres et des chiffres était déjà considéré comme une véritable bibliothèque vivante. Il n y a pas l’ombre d’un doute qu’il fera désormais école et rentrera à jamais dans le panthéon des grands hommes qui auront marqué leur temps par la constance et la pertinence de leurs analyses.

Au nom de toute la rédaction de Diaf-Tv, j’adresse nos sincères condoléances à toute sa famille biologique, politique, intellectuelle et aux proches aujourd’hui durement éprouvés par son départ pour l’au-delà, où il a certainement déjà retrouvé ses pairs que sont Um Nyobè, Ossendé Afana, Ouandjié, Felix Moumié, et bien d’autres.
Repose en paix brillant compatriote..

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

Joshua Osih invité Politique sur Diaf-tv

Joshua Osih sur Diaf-Tv: « pour stopper la crise anglophone, il faut chasser Paul Biya qui l’a créée »

Candidat du SDF à la présidentielle camerounaise du 7 Octobre prochain, Joshua Osih était l’invité ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string lwXJz3 to the field below: