Accueil / Eco & Business / MTN Group veut céder 30% du capital de sa filiale du Nigeria
MTN
MTN

MTN Group veut céder 30% du capital de sa filiale du Nigeria

MTN Group s’apprête à céder près de 30% du capital de sa filiale nigériane sur la bourse de Lagos. Prévue pour ce semestre, cette cession pourrait rapporter quelques 500 millions de dollars à l’opérateur et s’inscrit dans le cadre d’un accord de règlement à l’amiable d’une amende record apposée à MTN par Abuja en 2016.

L’opérateur de téléphonie mobile MTN s’apprête à lever quelques 500 millions de dollars via la vente d’actions de sa filiale nigériane. Cette vente est prévue pour le premier semestre de cette année et aurait été décidée par le management du groupe pour s’acquitter d’un accord passé avec le gouvernement nigérian, suite à une amende record qui lui a été infligée.

Une affaire qui traîne depuis 2016

L’un des plus importants opérateurs téléphoniques du continent devra ainsi céder près de 30% de sa filiale nigériane sur la place de Lagos, pour se conformer au deal négocié avec le régulateur nigérian des télécoms. Selon Bloomberg, le recours à la cession de capital aurait été conseillé par le duo Standard Bank et Citigroup.

La majeure partie des actions devra être cédée à des institutions locales et à des particuliers, mais l’opérateur table sur l’intérêt d’investisseurs étrangers pour sécuriser l’opération. MTN s’est vu obligé de recourir à la cession d’une partie de son capital au Nigeria, après un accord conclu en juin 2016 avec Abuja, pour s’acquitter d’une amende de 1 milliard de dollars pour ne pas avoir respecté la date limite pour déconnecter les abonnés non enregistrés.

Le gouvernement fédéral accuse l’opérateur d’avoir assisté involontairement l’insurrection menée par Boko Haram en maintenant en ligne les cartes Sim aux propriétaires non répertoriés. La pénalité avait été fixée initialement à 5,2 milliards de dollars, conduisant à la démission du PDG du groupe basé à Johannesburg, à la première perte sèche de l’opérateur et un effondrement du cours de son action dont MTN ne s’est toujours pas relevé entièrement.

2 ans pour se remettre financièrement

Le succès de l’opération fera de cette cession, la plus importante vente d’actions de la Bourse de Lagos, juste après les 796 millions de dollars récoltés par Starcomms lors de son introduction sur la place nigériane en 2008. Fort de 50 millions d’abonnés, MTN reste le plus important opérateur du Nigeria. Bien qu’ayant enchaîné les pertes depuis 2016, suite à l’absorption de l’impact financier de l’amende, janvier 2018 a vu MTN renouer avec les bénéfices.

Le Nigeria n’est pas l’unique pays du continent où MTN subit les foudres du gouvernement local, l’opérateur a été contraint d’effectuer une opération similaire au Ghana. Accra avait introduit cette condition dans le cadre d’un accord pour que MTN obtienne des droits de spectre. Là où son concurrent direct au niveau continental et leader du marché sud-africain, Vodacom s’est de son côté vu ordonné de céder 25% du capital de sa filiale tanzanienne, dans la place locale levant au passage 213 millions de dollars.

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

Le centre ville de Libreville (Gabon), le 22 août 2013 © David Ignaszewski pour Jeune Afrique

Réduction de train de vie au Gabon : l’État annonce des mesures fortes

Baisse des revenus des fonctionnaires, gels des recrutements publics pendant trois ans, audit de la ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string 242QqX to the field below: