Accueil / Monde / Migrants : l’Italie et Malte refusent d’accueillir le bateau Aquarius est bloqué en mer avec 629 personnes à bord
Le navire de l'ONG SOS Méditerranée a recueilli 629 migrants ce week-end. (Sipa Press)
Le navire de l'ONG SOS Méditerranée a recueilli 629 migrants ce week-end. (Sipa Press)

Migrants : l’Italie et Malte refusent d’accueillir le bateau Aquarius est bloqué en mer avec 629 personnes à bord

Plus de 600 migrants, recueillis ce week-end par le bateau de sauvetage de l’ONG SOS Méditerranée, ne peuvent débarquer, faute de port où accoster. Malte et l’Italie se renvoient la balle.

L’Aquarius, un navire de l’ONG SOS Méditerranée, a recueilli 629 migrants au cours de six opérations distinctes dans la nuit de samedi à dimanche. Parmi eux, se trouvent 123 mineurs isolés, 11 enfants en bas âge et sept femmes enceintes. Mais alors que l’Italie et Malte se renvoient la balle, le bateau reste bloqué en mer, faute de port où accoster. « Si quiconque pense que nous n’allons pas bouger un muscle alors que nous subissons un autre été de débarquements, de débarquements et encore de débarquements, eh bien ce n’est pas ce que je vais faire », a déclaré à des journalistes le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini (extrême droite), pour qui « Malte ne peut pas dire non à toute demande d’assistance ».

Vendredi, l’Italie accuse Malte de ne pas prendre sa part

C’est la non-assistance par Malte du navire de sauvetage Seefuchs qui a mis au jour le différend entre Rome et La Vallette. Vendredi, le bateau – qui avait recueilli 126 migrants en perdition à bord d’un canot – avait été contraint de demander de l’aide en raison du gros temps. Selon l’ONG allemande Sea-Watch, les autorités maltaises avaient refusé d’apporter toute autre aide que des évacuations héliportées pour urgence médicale. Le nouveau ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini (extrême droite) avait réagi peu après dans un communiqué, accusant La Vallette de ne pas prendre sa part : « Nos amis maltais peuvent-ils nous dire combien de navires ayant embarqué des migrants ont accosté dans leurs ports en 2018? »

Un pétrolier et un navire des garde-côtes italiens avaient finalement atteint le Seefuchs vendredi, et celui-ci a pu accoster dans le port de Pozzalo en Sicile, dans la soirée. Le même jour, les autorités italiennes ont retenu et contrôlé pendant 12 heures un autre bateau de secours, le Sea-Watch 3, qui avait transporté 232 personnes jusqu’à Reggio de Calabre (sud-ouest). L’équipage du Sea-Watch a précisé qu’il avait demandé auparavant l’aide des garde-côtes de Malte, mais que ce pays avait refusé.

« Le bon dieu a placé Malte plus près de l’Afrique que la Sicile », avait alors déclaré Matteo Salvini. « Malte ne peut pas dire non à toute demande d’assistance », ajoutait-il, affirmant dimanche que son pays ne pouvait pas être « le camp de réfugiés de l’Europe ». Vendredi, il avait demandé à l’Otan de défendre l’Italie qui, a-t-il dit, est « attaquée depuis le sud ». L’Italie a vu débarquer quelque 700.000 migrants sur ses côtes depuis 2013.

… mais La Vallette ne veut rien entendre

Arrive ensuite l’affaire de l’Aquarius, un navire de l’ONG SOS Méditerranée, qui a recueilli 629 migrants au cours de six opérations distinctes dans la nuit de samedi à dimanche. Dimanche, Matteo Salvini menace de « fermer les ports italiens » aux bateaux portant secours aux migrants si Malte refuse de les prendre en charge. Malte, déclarait un communiqué italien, « ne peut pas continuer à regarder ailleurs lorsqu’il s’agit de respecter des conventions internationales précises sur la protection de la vie humaine ». « C’est pourquoi nous demandons au gouvernement de La Valette (la capitale de l’île de Malte, ndlr) de recevoir l’Aquarius afin de fournir une première aide aux migrants qui sont à bord ».

Négatif. « Malte n’était pas l’autorité coordinatrice ni compétente » concernant ce sauvetage, assure un porte-parole officiel à l’AFP. Selon lui, le sauvetage en question a eu lieu dans la zone de recherche et de sauvetage libyenne et dépend donc du centre de coordination des secours de Rome. Le Premier ministre maltais Joseph Muscat s’est entretenu au téléphone à ce sujet avec le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte et a affirmé « que Malte agit en pleine conformité avec ses obligations internationales », a annoncé dans un communiqué le gouvernement maltais. « Malte ne recevra pas le navire en question dans ses ports. »

En attendant, l’Aquarius ne peut pas accoster

Le navire se trouvait dans la nuit de dimanche à lundi entre Malte et la Sicile et attendait de pouvoir débarquer les migrants dans un port. Selon un tweet de SOS Méditerranée France, « l’#Aquarius a reçu l’instruction du Centre de coordination des secours maritimes italien (IMRCC) de rester en stand-by à sa position actuelle, soit 35 milles nautiques de l’#Italie et 27 milles nautiques de #Malte ».

Le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte, a annoncé que l’Italie avait envoyé en direction du navire deux patrouilleurs avec des médecins à bord « prêts à intervenir et à protéger la santé de toute personne se trouvant à bord de l’Aquarius qui pourrait en avoir besoin ».

Evoquant l’affaire de l’Aquarius, le maire du port de Tarente, dans les Pouilles (sud de l’Italie), Rinaldo Melucci, s’est dit « prêt à recevoir toute vie en danger ». Et le maire de Naples, Luigi de Magistris, a lui aussi déclaré sur Twitter que sa ville était « prête à accueillir » les migrants de l’Aquarius.

(avec AFP)

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

Le premier ministre italien Giuseppe Conte quitte le sommet européen de Buxelles, le 29 juin. ERIC VIDAL / REUTERS

Sommet de l’Union européenne : un accord sur les migrations a été trouvé

Le président du Conseil européen Donald Tusk a estimé vendredi qu’il était « beaucoup trop tôt ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string 4WLl4M to the field below: