Accueil / A La Une / Maurice Kamto depuis Kondengui : « nous voulons qu’il soit clair pour tous que sommes des prisonniers politiques »
Maurice Kamto

Maurice Kamto depuis Kondengui : « nous voulons qu’il soit clair pour tous que sommes des prisonniers politiques »

Le principal opposant camerounais, Maurice Kamto, et une centaine de ses alliés et partisans, détenus pour certains depuis fin janvier, ont signé une déclaration intitulée « Déclaration des alliés pour le changement du Cameroun », qui fait la Une de certains journaux ce 12 mars.

Après avoir rappelé et approuvé les récentes sorties des Nations Unies et de l’Union Européenne, les signataires de la déclaration disent réfuter « les allégations du ministre de la Communication », René Emmanuel Sadi, qui avait affirmé qu’ils étaient détenus pour des « faits de droit commun ».
Ils accusent le gouvernement de leur imputer « un certain nombre d’actes dans le dessein évident d’embastiller les alliés pour le changement, paralyser leurs activités politiques, terroriser les populations et anéantir les balbutiements de la démocratie afin d’instaurer le totalitarisme » au Cameroun.

Début mars, l’Union européenne avait dénoncé « l’ouverture de procédures disproportionnées » contre M. Kamto et ses sympathisants, dénonçant le « malaise politique » qu’entraînerait « l’arrestation et la détention prolongée » de M. Kamto.

Les affirmations de l’UE « résistent peu à l’analyse, à la réalité et à la véracité des faits », a réagi M. Sadi, appelant « à une bonne compréhension de la situation » qui prévaut au Cameroun, selon un communiqué reçu mardi. Selon lui, les dirigeants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) de M. Kamto veulent « s’emparer du pouvoir par des manœuvres antidémocratiques ».

La semaine dernière, déjà, le régime camerounais avait réagi aux propos du secrétaire d’État américain adjoint aux affaires africaines, Tibor Nagy, qui avait déclaré « qu’il serait très sage de libérer » Maurice Kamto. Le gouvernement avait alors dénoncé « une grave velléité d’immixtion ».

Quant aux autres partenaires tels que la France et l’Union Africaine, Kamto et ses co signataires expriment leur perplexité face à leur silence « assourdissant et embarrassant », ce d’autant plus qu’il a initié des démarches auprès de l’Union Africaine notamment.

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

chine usa

La Chine pourrait frapper le dollar américain

Les autorités chinoises pourraient réduire leurs investissements dans la dette américaine et porter un coup ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string QSiT6S to the field below: