Accueil / Afrique / Mali : un fonds pour gérer les aides à la lutte contre le terrorisme créé par G5 Sahel
Le G5 Sahel se dote d'un fonds pour gérer l'aide promise dans la lutte contre le terrorisme.
© © RFI/Olivier Fourt
Le G5 Sahel se dote d'un fonds pour gérer l'aide promise dans la lutte contre le terrorisme. © © RFI/Olivier Fourt

Mali : un fonds pour gérer les aides à la lutte contre le terrorisme créé par G5 Sahel

Au cours d’une rencontre des pays membres du G5 au niveau ministériel à Bamako au Mali, il a été décidé la création d’un fonds fiduciaire dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans le Sahel. Cette décision intervient une semaine avant une nouvelle rencontre à Paris entre Etats membres et pays donateurs.

La décision importante des ministres des Affaires étrangères et de la Défense des pays membres du G5 est la création d’un fonds fiduciaire d’urgence destiné à lutter contre le terrorisme dans le Sahel. « Nous avons beaucoup travaillé sur la création du fonds fiduciaire, dans la mise en œuvre des importants fonds qui sont annoncés pour aider cette force-là – la recherche d’une efficacité maximum – c’est une expérience qui est très intéressante et qui, à mon avis, si elle se poursuit telle que nous l’avons tracée aujourd’hui, [sera] un succès », explique Tiéman Hubert Coulibaly, ministre malien des Affaires étrangères.

Pour la gestion transparente de ce fonds, il sera doté d’un comité de soutien et d’un comité de contrôle ouvert aux partenaires bilatéraux et multilatéraux. La réunion de Bamako a également permis de faire le point des contributions financières. « Aujourd’hui, on est à environ 294 millions d’euros. L’évaluation qui a été faite indique qu’il faut 423 millions d’euros pour la première année. Et on espère que la réunion de Bruxelles va être une étape décisive pour apporter tous les compléments… », précise Alpha Barry, ministre burkinabè des Affaires étrangères.

En principe, au mois de mars prochain la force conjointe G5 mènera des opérations militaires d’envergure sur le terrain.

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

© BRENDAN SMIALOWSKI Le président américain Donald Trump, le 13 octobre, à Washington DC.

« Je ne suis pas raciste » : Donald Trump se défend après ses propos sur Haïti et l’Afrique

Les paroles attribuées au président américain sur les pays africains suscitent depuis samedi un torrent ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string HZjLBt to the field below: