8.2 C
New York
lundi, mai 25, 2020
Home Débats et Opinions LE CAMEROUN, UN ÉTAT À L'ENVERS

LE CAMEROUN, UN ÉTAT À L’ENVERS

Par Daniel Yagnyè TOM.

1960 est considérée l’année « magique » des soleils des indépendances où la plupart des pays de l’Afrique subsaharienne accédaient à la « souveraineté ». Entre le 1 er Janvier 1960 et le 31 Décembre 1960, 17 pays dont 14 sous administration française acquirent leur Indépendance. Le Cameroun, l’unique pays « francophone » de l’Afrique subsaharienne où sévissait une guerre atroce fut le premier pays à obtenir son Indépendance le premier Janvier 1960. Pourquoi le long de ces 60 années, contrairement aux autres pays du continent, le Cameroun n’a jamais commémoré son Indépendance ? Pourquoi le Président Paul Biya s’est adressé au peuple camerounais le 31 Décembre dernier pour sa 37ème année consécutive sans faire une seule fois pendant toutes ces allocutions une toute petite allusion à l’indépendance du Cameroun ? Oui pourquoi comme toutes les années antérieures, Paul Biya a parlé de tout, sauf de l’indépendance de notre pays ? Célébrer le 1er Janvier serait-il comme le disent certains, une provocation pour le Cameroun Occidental qui devrait plutôt célébrer le 1er Octobre ?

LE PÊCHÉ ORIGINEL DU BDC-UC-UNC-RDPC

Le parti au pouvoir est très mal à l’aise lorsque l’on évoque l’indépendance du Cameroun, il suffit de voir comment ses élites négationnistes se mordent les langues et débitent toutes sortes de mensonges lorsqu’il s’agit de défendre l’attitude de leur parti vis-à-vis de l’indépendance de notre pays. Les militants du BDC-UC-UNC-RDPC ont hérité d’un pouvoir acquis dans le sang, fruit de leur soumission à la France. Contrairement aux nationalistes de l’Union des populations du Cameroun (UPC) qui se sont battus et ont versé leur sang pour la Réunification et l’indépendance de notre pays, la famille politique aujoulatiste au pouvoir aujourd’hui ne voulait pas de l’indépendance. Alors, comment célébrer un événement pour lequel ils n’ont pas contribué et qu’ils ont à la limite combattu ? Comment et pourquoi honorer aujourd’hui les morts alors que leurs pères fondateurs (et dans une certaine mesure spirituels pour certains) ont participé à leurs assassinats ? Comment et pourquoi célébrer les héros nationaux, Ruben Um Nyobe, Félix Roland Moumie, Ernest Ouandié, etc… alors qu’il n’y a jamais eu de véritable réconciliation nationale dans ce pays ? Probablement parce que comme le disait Elie Wiesel, « le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l’oubli ».

LE DÉNI 

Tous les arguments sont bons pour les militants du BDC-UC-UNC-RDPC pour justifier l’injustifiable : la non-commémoration de l’indépendance de notre pays. Lors d’une émission de la chaîne de télévision Vision 4 au début de cette année, le professeur Mathias Éric Owona Nguini, un des farouches idéologues du parti au pouvoir, a trouvé comme argumentation l’actuelle situation politique de l’Algérie et de l’Angola pour banaliser la non-célébration de notre Indépendance tout en critiquant les gestions post-Indépendance du FLN et du MPLA. Selon Mr Owona Nguini, le fait que ces partis aient obtenu de haute lutte et au prix d’énormes et innombrables sacrifices leurs Indépendances, le fait d’avoir lutté pour elles ne fait pas d’eux de meilleurs partis politiques que ceux qui ont collaboré avec le colon et ne se sont pas battus pour l’indépendance. Comme quoi, l’UPC n’est pas meilleure que le RDPC, le FLN pas mieux que les Harkis… Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Le 1er Janvier 1960 est pourtant une date incontournable pour notre pays car c’est le point de départ de ce Cameroun que nous avons aujourd’hui. Il est vrai que les choses ne se sont pas passées comme le voulaient celles et ceux qui se sont battus pour notre Indépendance puisque la France, aidée par la Grande Bretagne, ont court-circuité le programme de l’UPC non seulement en mettant en place un système politique sans elle et contre elle, mais aussi en octroyant les Indépendances des deux Cameroun avant leur Réunification. Mais même petite, cette Indépendance pour laquelle des rivières de sang ont été versé est la nôtre, nous devons donc la célébrer. Même mauvaise, notre Réunification devrait être fêtée, car c’est en assumant nos imperfections du passé que nous pouvons résoudre nos problèmes d’aujourd’hui et créer les bases solides pour un meilleur futur pour notre pays.
Quant à la crise que traverserait aujourd’hui l’Algérie, même si elle serait le fruit de la gestion post-Indépendance du FLN, elle ne met nullement en cause sa guerre pour la conquête de l’indépendance que le peuple algérien tout entier célèbre. Difficilement peut-on comparer les États Algériens et Angolais avec l’Etat du Cameroun. D’un côté il s’agit d’États souverains patrons de leurs pays et de leurs richesses, de l’autre d’un État camerounais vassal de la France. Faudrait-il rappeler ici que l’Algérie a exigé et obtenu de la France une demande de pardon pour les exactions de la guerre d’indépendance ? 
Pour terminer il n’est jamais de trop de rappeler l’apport inestimable de la résistance armée upéciste dans l’obtention de l’indépendance de l’Algérie puisque la France, écartelée dans deux fronts militaires, a été contrainte de lâcher l’Algérie afin de mieux s’occuper du Cameroun pour la création de sa FrançAfrique.

L’Angola quant à elle vit une transition politique axée vers « la correction de ce qui est mal et l’amélioration de ce qui est bien », une grande importance est donnée à la lutte contre la corruption, le népotisme et l’impunité. À ceux qui avaient plongé dans les caisses de l’état, un moratoire d’une année avait été donné pour les rapatriements volontaires de cet argent qui ne devait pas revenir totalement à l’état angolais, puisque les « propriétaires » devraient investir en leurs noms dans le pays, une partie de cet argent, aujourd’hui passé ce délai, l’état est en train de récupérer cet argent par la force, ce qui crée une indisposition ponctuelle des concernés mais qui n’a rien d’une crise politique. Ce pays commémore avec pompe son Indépendance toutes les années et le corps du père de l’indépendance, le Dr Antonio Agostinho Neto repose dans un mausolée d’une imposante architecture où passent de manière incontournable les chefs d’états étrangers, les visiteurs officiels, les populations et la jeunesse du pays. Où sont les restes du Mpodol Ruben Um Nyobe, le père de l’indépendance de notre pays ? Quels sont les officiels de l’État camerounais qui se sont inclinés devant sa tombe ? Au moment même où ces lignes sont écrites, en Angola se déroule dans tout le pays, un processus de réhabilitation nationale de tous les acteurs de la lutte de libération nationale, tous les partis politiques confondus afin de mieux cimenter l’unité nationale. Des monuments seront édifiés pour eux !
Au lieu de chercher des arguments introuvables pour justifier la non-commémoration de l’indépendance dans notre pays, au lieu de jouer les autruches avec l’Histoire de notre pays, il serait opportun que les compatriotes du BDC-UC-UNC-RDPC assument avec dignité le passé politique de leur parti pour lequel ils ne sont pas responsables aujourd’hui, et qu’ils œuvrent pour la réconciliation nationale tant attendue par notre peuple.

LA DETTE IMMENSE ENVERS L’UNION DES POPULATIONS DU CAMEROUN

Dans tous les pays du monde où il y a eu des guerres, elles se sont toutes terminées autour d’une table. Chez-nous, la France a tenu à l’extermination complète de l’UPC afin qu’il n’y ait pas d’interlocuteurs upécistes … Ce qui se passe actuellement au Cameroun Occidental avec l’option du gouvernement pour une victoire militaire rappelle étrangement ce qui s’est passé en pays Bamileké et Bassa dans les années cinquante et soixante. Malheureusement pour le gouvernement, non seulement les temps sont autres et aucune victoire militaire n’est possible dans cette guerre, mais aussi et surtout des voix upécistes se lèvent de plus en plus pour exiger des clarifications au sujet de la fin de la guerre contre les nationalistes upécistes ; ce qui est simplement une question de bon sens et de justice historique !
Oui, il est vrai que nos morts ne reviendront plus, mais nous avons l’obligation de les enterrer tous avec Honneur et Dignité. Au lieu des charniers et des fosses communes, nous avons le devoir de recenser tous nos morts…
D’autre part une réhabilitation nationale de ces anonymes est indispensable, sans oublier les nécessaires indemnisations financières et matérielles de l’UPC et des familles éprouvées, car nul n’ignore que l’actuelle paupérisation poussée de ce parti est aussi liée à la confiscation et à la destruction de ses biens lors de cette guerre.

L’HEURE EST GRAVE
 
Le Cameroun ne peut plus continuer à être une exception dans le monde, ce pays avec cet état à l’envers qui ignore son Histoire glorieuse et qui ne commémore pas son Indépendance car un pays sans mémoire historique est un pays sans âme ! 
Dans quel pays pourrait-on ignorer la mort de plusieurs centaines de milliers de personnes ? Dans quel pays pourrait-on minimiser une cause pour laquelle des centaines de milliers de personnes ont donné leurs vies ? 60 ans après l’avènement à la « souveraineté », le moment de la Réconciliation nationale est arrivé. Le pays a besoin de ses filles et de ses fils pour qu’ils se retrouvent et que cesse définitivement la guerre au Cameroun Occidental afin que s’ouvre une nouvelle page pour le pays.

Président Ernest Ouandié ! Présent !
Président Ernest Ouandié ! Présent !
Camarade Émile ! Présent !
Toujours avec Émile !

Daniel Yagnyè TOM
Président de l’Alliance Patriotique 
Contact : apatriotique@gmail.com

Comments

0 comments

Most Popular

OPINION : DE QUOI S’ACCUSENT CEUX QUI TRAITENT ACHILLE MBEMBE D’ANTISÉMITE ?

Achille Mbembe a débuté son travail intellectuel par une thèse de doctorat dont le contenu n’a pas hésité à braver l’ordre dominant...

CAMEROUN:MÊME UNE ANNONCE NÉCROLOGIQUE N’Y CHANGERAIT RIEN!

LE 20 MAI 2020 RESTE ET DEMEURE LE JOUR DE LA LIBÉRATION DU CAMEROUN  !!!!!

Yaoundé-06 Mai 1991: retour sur les événements répressifs, barbares et sanguinaires du régime de Yaoundé au campus..

le jour où nous avons échappé à la mort sur le Campus… JE ME SOUVIENS DE LA REPRESSION BARBARE...

Crise du COVID-19: appel aux dons de la Cameroon Patriotic Diaspora

La pandémie du COVID-19 ne connaît pas de frontières. Alors que le monde entier fait encore face aux...

Recent Comments

Comments

0 comments