Accueil / Justice / La société civile africaine porte plainte contre Sarkozy à la CPI
Le siège de la CPI à La Haye.
© REUTERS/Jerry Lampen/File Photo
Le siège de la CPI à La Haye. © REUTERS/Jerry Lampen/File Photo

La société civile africaine porte plainte contre Sarkozy à la CPI

Au total, une quinzaine d’activistes et d’associations de la société civile africaine comme « Y en a marre » ou encore « le Balai citoyen » sont réunis à Bamako pour former un Front panafricain de la société civile. Leur première action ? Une plainte à la CPI contre l’ancien président français Nicolas Sarkozy pour avoir provoqué l’intervention en Libye qui a débouché sur la mort du colonel Kadhafi.

Le Front international de la société civile panafricaine (Fispa) est composé de jeunes activistes de la nouvelle société civile du continent. Le Front veut défendre l’Afrique, la démocratie, la dignité et les droits de l’homme.

Première action déclenchée, une plainte devant la Cour pénale internationale déposée samedi contre l’ancien président français Nicolas Sarkozy. L’activiste guinéen Elie Kamano, membre du Fispa, explique pourquoi : « Nous portons cette plainte contre Nicolas Sarkozy pour l’assassinat de Kadhafi parce que cela a des conséquences dramatiques et néfastes sur le continent africain, et sur les populations africaines. Voilà pourquoi nous adhérons à ce combat. »

Tiken Jah Fakoly en parrain

Et quand on sait que le colonel Kadhafi a été assassiné en 2011, pourquoi avoir attendu si longtemps avant d’introduire une plainte ?

Réponse de Simon Kouka, artiste rappeur sénégalais et membre du mouvement « Y en a marre » : « Beaucoup de gens se sont offusqués, mais il n’y a eu aucune action et cette action, je crois, arrive à son heure pour dire : il est temps. Ce que nos dirigeants n’ont pas réussi, à nous de le réussir. Pour aussi la dignité africaine, car c’est un président africain qui a été assassiné », souligne-t-il.

Le très populaire artiste ivoirien Tiken Jah Fakoly est le parrain de ces jeunes activistes africains.

Nous pensons que l’assassinat du colonel Kadhafi était un règlement de compte personnel, et l’assassinat du colonel Kadhafi a déstabilisé tout un continent.
Tiken Jah Fakoly

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

Un homme brandit la photo du journaliste Norbert Zongo lors de ses funérailles à Ouagadougou, Burkina, 16 décembre 1998.

Assassinat de Norbert Zongo : François Compaoré refuse d’être jugé au Burkina, l’audience est renvoyée

François Compaoré, frère de l’ex-président déchu burkinabè Blaise Compaoré, a indiqué mercredi à la justice ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string VCqlH2 to the field below: