Accueil / Monde / Corée du Nord : démantèlement du site d’essais atomiques prévu entre le 23 et le 25 mai
La Corée du Nord a effectué cinq essais nucléaires sur son site de Punggye-ri, objet d’un reportage de la télévision nord-coréenne à Séoul, 26 septembre 2016.
La Corée du Nord a effectué cinq essais nucléaires sur son site de Punggye-ri, objet d’un reportage de la télévision nord-coréenne à Séoul, 26 septembre 2016.

Corée du Nord : démantèlement du site d’essais atomiques prévu entre le 23 et le 25 mai

La Corée du Nord « prend des mesures techniques » pour démanteler son site d’essais atomiques et invitera des journalistes étranngers à une cérémonie de lancement du processus entre les 23 et 25 mai, a annoncé samedi l’agence d’Etat KCNA.

« Une cérémonie de démantèlement du site d’essais atomiques est maintenant prévue entre les 23 et 25 mai, en fonction des conditions météorologiques », a indiqué l’agence, qui cite un communiqué du ministère nord-coréen des Affaires étrangères.

A l’occasion d’un sommet intercoréen historique le 27 avril, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un avait proposé à Séoul de fermer en mai son seul site connu d’essais nucléaires, Punggye-ri, une installation secrète près de la frontière avec la Chine.

Ce site souterrain a été le théâtre des six essais nucléaires menés par Pyongyang dont le dernier en date remonte à septembre.

Le site, entouré de sommets escarpés, est creusé profondément sous une montagne granitique de 2.000 m d’altitude dans le Hamqyong du Nord, province du nord-est frontalière de la Chine. Il est réputé l’endroit idéal pour résister aux forces déchaînées par des explosions nucléaires.

Son existence a été mise au jour en octobre 2006 avec le premier test nucléaire nord-coréen, au temps de Kim Jong Il, le père aujourd’hui décédé de M. Kim. Depuis, il est scruté par des images satellitaires.

Certains experts ont estimé qu’il s’agissait d’une concession de façade car le site pourrait être déjà inutilisable en raison du « syndrome de la montagne fatiguée ». Selon des sismologues chinois cités en avril sur le site de l’Université de science et technologie de Chine, le dernier essai a provoqué un effondrement de roches à l’intérieur de la montagne.

Avec AFP

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

En lisant le sondage, Emmanuel Macron aura toutefois la satisfaction, très relative, de constater que la défiance à l'égard de la politique migratoire était encore plus forte sous le précédent quinquennat (82 % en 2015). HANDOUT/REUTERS

France : 60% des sondés estime que l’Hexagone accueille «trop» de migrants

SONDAGE – Près de trois quart des personnes interrogées jugent que l’action du gouvernement n’est ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string GisfbO to the field below: