Accueil / Monde / Comment peut-on résoudre le conflit entre Washington et Pyongyang ?
Kim Jong Un, le 28 juillet 2017.
Kim Jong Un, le 28 juillet 2017.

Comment peut-on résoudre le conflit entre Washington et Pyongyang ?

L’escalade verbale entre les États-Unis et la Corée du Nord a connu une nouvelle étape jeudi, quand Donald Trump a défendu sa formule controversée sur « le feu et la colère » promis à Pyongyang, estimant qu’elle n’était « peut-être pas assez dure ».

Plusieurs solutions de sortie de crise sont toutefois envisagées par les analystes.

– Retour aux négociations –

La Corée du Nord dispose de l’arme nucléaire, et, selon le Washington Post, le renseignement militaire américain en est désormais convaincu: Pyongyang a réussi à miniaturiser suffisamment une bombe atomique pour l’embarquer sur l’un de ses missiles intercontinentaux.

Il faut accepter le fait que la Corée du Nord possède maintenant des armes nucléaires, ce qui rend toute action militaire impossible car trop dangereuse, expliquent certains spécialistes.

« Pour les Etats-Unis, il ne reste plus qu’à négocier avec la Corée du Nord, pour essayer de réduire les tensions et résoudre certains conflits. Il ne faut plus essayer de leur enlever l’arme nucléaire », développe Jeffrey Lewis, chercheur à l’Institut Middlebury des études internationales.

Dans les années 2000, Pyongyang semblait avoir commencé à se faire à l’idée d’un ralentissement et d’un contrôle de son programme nucléaire, après des discussions multilatérales avec la Chine, la Russie, le Japon, les Etats-Unis et la Corée du Sud. Mais le pays était alors dirigé par Kim Jong-Il. Son fils et actuel leader, Kim Jong-Un, a pour sa part refusé tout dialogue.

– Pressions de la Chine –

Le Conseil de sécurité de l’ONU a voté à l’unanimité de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord le week-end dernier.

La Russie et la Chine – alliée et partenaire économique du régime nord-coréen – ont approuvé ces mesures, qui pourraient coûter à Pyongyang un milliard de dollars annuels en revenus.

La Chine compte pour 90% des échanges commerciaux de la Corée du Nord et a déjà été accusée dans le passé de ne pas vouloir appliquer des sanctions qu’elle avait votées contre le régime coréen.

Pékin jouera donc un rôle important en cas de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord, mais craint un effondrement du régime de Kim Jong-Un.

Donald Trump n’a pour sa part pas épargné la Chine et a exhorté le pays à durcir le ton avec la Corée du Nord. « La Chine peut faire beaucoup plus », a ainsi déclaré le président américain jeudi.

– La guerre –

Ce scénario semble être le moins plausible, les Etats-Unis ne semblant pas enclins à déclencher une guerre.

« La guerre est une tragédie bien assez connue, il n’y a pas besoin de faire un dessin, cela serait catastrophique », a déclaré jeudi soir le ministre de la Défense Jim Mattis, comme pour apaiser les tensions après la nouvelle sortie controversée de son président.

« Il y a très peu de chances pour que les déclarations du président soient véritablement le reflet d’une volonté au sein de la Maison Blanche de déclencher des frappes préventives », confirme Ely Ratner, spécialiste de la Chine et membre du centre de réflexion Council on Foreign Relations. « Je ne pense pas que nous soyons au bord de la guerre nucléaire », résume-t-il.

Les scénarios du Pentagone en cas d’intervention militaire varient de la frappe sur des cibles précises, à l’attaque préventive pour pousser à un soulèvement de la population nord-coréenne et renverser Kim Jong-Un.

Mais toute intervention armée entraînerait de la part de Pyongyang des conséquences difficiles à imaginer précisément, mais à la gravité certaine.

Jim Mattis a déjà mis en garde contre la dangerosité des représailles de Pyongyang, en expliquant qu’elles seraient « d’un niveau inédit depuis 1953 », et la fin de la guerre de Corée.

Kim Jong-Un a amassé des unités d’artillerie à la frontière avec la Corée du Sud, à seulement 55 kilomètres de Séoul.

Mais une guerre ouverte entre les deux pays ne semble pas non plus être souhaitable pour les Nord-Coréens.

C’est bientôt la saison des récoltes dans le pays, et Kim Jong-Un n’a pas annoncé de mobilisation militaire, qui viderait dangereusement ses usines et ses champs de récolte, faisant risquer une famine à son peuple, selon Joe Bermudez, analyste pour le site « 38 North ».

« Kim Jong-Un n’est pas une personne bête. Il est très peu probable qu’il mobilise ses troupes à cette période », assure-t-il.

Avec AFP

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

Nikki Haley, l'ambassadrice des Etats-Unis aux Nations-Unies

Jérusalem : résolution en projet à l’ONU contre la reconnaissance américaine

Un projet de résolution contre la reconnaissance américaine de Jérusalem comme capitale d’Israël est en ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string FJOFF8 to the field below: