Accueil / Environnement / Comment lever les fonts pour sauver le dernier mâle d’une espèce de rhinocéros blanc ?
Sudan, le dernier mâle de l'espèce dans la réserve d'Ol Pejeta, le 5 décembre 2016. Tony KARUMBA / AFP
Sudan, le dernier mâle de l'espèce dans la réserve d'Ol Pejeta, le 5 décembre 2016. Tony KARUMBA / AFP

Comment lever les fonts pour sauver le dernier mâle d’une espèce de rhinocéros blanc ?

Une réserve naturelle a signé un partenariat avec l’application de rencontre pour lever des fonds et sauver les rhinocéros blancs du nord.

Sur l’application de rencontre Tinder, tout se joue d’abord sur le physique. Si, un utilisateur trouve à son goût un autre abonné, il glisse son doigt vers la droite pour «matcher» avec son coup de coeur. Cela se décide en une fraction de seconde. Ce qui oblige les utilisateurs à se présenter sous leur meilleur angle avec l’aide de filtres pour séduire.

Sudan n’est lui pas du tout soucieux de son image sur Tinder. C’est normal, il s’agit d’un vieux mâle rhinocéros de 42 ans. Le dernier de son espèce: les rhinocéros blancs du nord, en voie d’extinction. Pour éviter la disparition de cet animal, l’organisation de protection Ol Pejeta Conservancy, basée au Kenya, a annoncé en avril 2017 avoir établi un partenariat avec l’application de rencontre pour lancer une campagne de sensibilisation sur la conservation des rhinocéros blancs du nord. Baptisée «le célibataire le plus convoité du monde», cette opération de communication est destinée à faire connaître Sudan, comme le rapporte le magazine Sciences et avenir.

Lever des fonds pour la fertilisation in vitro

 Si les utilisateurs font glisser le profil de Sudan vers la droite –ce qui signifie un coup de coeur pour lui–, ils seront directement redirigés vers une page de campagne qui vise à lever neuf millions d’euros pour développer des technologies de reproduction pour les espèces menacées, dont la fertilisation in vitro.

Sudan vit dans la réserve d’Ol Pejeta avec deux femelles rhinocéros blancs du nord. Aucun d’entre elles n’a pas se reproduire à cause de différents facteurs, explique le site d’information Quartz.

«Si la fertilisation in vitro est une réussite, cela autorisera les chercheurs à réintroduire de manière viable la population de rhinocéros blancs du nord à l’état sauvage», a affirmé le directeur exécutif de la réserve d’Ol Pejeta, Richard Vigne

Si vous ne trouvez pas votre perle rare sur Tinder, n’hésitez donc pas à «swiper» le profil de Sudan. Vous pouvez contribuer à sauver une espèce.

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

Trois rhinocéros blancs

Kenya : le rhinocéros blanc en voie d’extinction

Le rhinocéros blanc du Nord s’éteint à petit feu. Il n’en reste que trois en ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string Rm8PSi to the field below: