8.2 C
New York
mardi, octobre 20, 2020
Home Autres Articles CAMEROUN: QUE FAIRE CONCRÈTEMENT POUR RELANCER CAMAIR-CO ?

CAMEROUN: QUE FAIRE CONCRÈTEMENT POUR RELANCER CAMAIR-CO ?


Par Mbamy de Fochada.
« L’étoile du Cameroun » n’a plus d’argent. Plus d’avions. Le personnel est annoncé en chômage technique pour trois mois. Le plan de relance n’a rien relancé. Finalement à quoi on servi les interventions des spécialistes et experts en aéronautique ?
Le monde de l’aviation civile en Afrique est marqué par l’existence des compagnies « porte étendards de leurs pays ». Celles-ci sont généralement, par leurs modes de management et les systèmes de corruptions ou de prévarications en usage dans ces pays, des gouffres financiers énormes, pour ne pas dire des échecs économiques. Malgré la vision du départ et les bonnes intentions à la base de la création de ces compagnies aériennes nationales, au Cameroun par exemple, Cameroon Airlines hier et Camair-Co aujourd’hui, s’inscrivent bien dans cette logique des entreprises et fleurons nationaux, qui sont maintenus artificiellement en vie, grâce aux multiples et abondantes subventions financières de l’Etat.
Une curiosité économique et un paradoxe managérial dans un environnement commercial libéral, quand on se rend compte que le secteur de l’aviation civile en Afrique, est bien un créneau économique porteur et rentable, pour certaines compagnies aériennes, qui se distinguent par leurs résultats économiques positifs, ainsi que leurs croissances et extensions perpétuelles, malgré la concurrence redoutable des compagnies occidentales et orientales qui exploitent aussi le ciel africain.


Pour relancer avec succès des entreprises comme Camair-co, il faut au delà de la détermination politique et de l’analyse de ses faiblesses et forces, créer et mettre sur place un environnement des affaires propice au développement d’une entreprise détenue par l’Etat, et surtout obligée d’être autonome dans sa gestion au quotidien, rentable dans ses résultats d’exploitation et en croissance annuelle perpétuelle, au regard de son plan d’affaires et de développement à court, moyen et long terme.
Le succès d’une entreprise comme Camair-co malgré la pertinence de n’importe quel plan de relance, repose d’abord sur une plus grande protection de ses intérêts par l’Etat, qui doit ainsi veiller à prendre des mesures fortes contre la concurrence inégale des grandes compagnies aériennes ou des plus audacieuses, qui n’hésitent pas à pratiquer une concurrence déloyale.

L’Etat doit dans ce sens réserver des parts du marché à sa compagnie nationale de transport aérien, mettre fin à la corruption, au laxisme, à l’inefficacité et au favoritisme, en les combattant énergiquement et systématiquement, dans le milieu et l’environnement de Camair-co, de manière à tuer totalement toutes les mauvaises pratiques qui plombent au quotidien, son meilleur management et développement.


Dans cette lancée, l’Etat doit aussi développer les infrastructures afin, non seulement de doter le pays en terminaux aéroportuaires de qualité aux normes et exigences du moment, et surtout capables d’accompagner une compagnie aérienne nationale ambitieuse qui se donne pour objectif de contrôler le ciel du pays, à travers les vols internes réguliers, reliant la plus part des villes locales, tout en s’affirmant parmi les leaders et compagnies les plus fiables sur le marché international, à travers les liaisons aériennes continentales et intercontinentales viables et rentables, et en constant développement, quand cela est nécessaire.
En donnant à sa compagnie aérienne les moyens de sa politique, l’Etat doit par ailleurs, dans un contexte qui se veut très concurrentiel, non seulement promouvoir l’esprit de la préférence nationale auprès des membres du gouvernement et des dirigeants nationaux, mais aussi chez l’ensemble des citoyens, tout en s’employant à faire du Cameroun, compte tenu de son potentiel, une véritable destination touristique.
A coté de ces principales exigences qui incombent à l’Etat, propriétaire de la compagnie nationale aérienne, l’appareil dirigeant de la Camair-co, doit s’imposer des valeurs positives comme: le patriotisme, l’excellence, la rigueur, la rentabilité, la méritocratie, le progrès, la probité, la discipline, la ponctualité, l’efficacité, le dépassement, l’ambition, l’audace, la créativité, l’innovation et la persévérance dans la gestion et l’exploitation, à tous les niveaux de l’entreprise, afin de créer et entretenir un esprit favorable à l’envol et au succès de cette entreprise, qui se veut le fleuron et l’étoile du Cameroun.
A cet égard, l’image que renvoi l’entreprise, une des premières vitrines qui permet au monde de voir, comprendre et apprécier le Cameroun, doit être la plus attrayante et rassurante possible, non seulement pour sa clientèle, mais également pour les dirigeants du pays et les partenaires et investisseurs qui s’intéressent au Cameroun qu’on qualifie d’Afrique en miniature.
Le succès de ce management passe indubitablement par la disposition des moyens financiers de départ adéquats ainsi que d’une flotte aérienne appropriée, constituée pour relever les défis de sécurité, de respect des engagements, de ponctualité, de rentabilité, de croissance et de développement, dans son exploitation efficiente, par un personnel qualifié et professionnel, qui est surtout engagé et déterminé à porter l’entreprise vers le haut, dans les conditions optimales de travail, garanties aussi par leurs efforts et sacrifices.
Ceci doit se traduire par une multiplication des destinations et désertes aériennes, au plan national et international, et aussi par l’adoption d’un politique des prix ambitieuse et flexible, dans le but d’inciter les populations à choisir les avions de Camair-co comme le principal mode de transport des personnes et des biens, afin que l’entreprise puisse réaliser des marges significatives sur cette économie d’échelle.
Le choix du ou des partenaires techniques et commerciaux, qui doivent accompagner la relance et le développement de Camair-co aujourd’hui, doit également être audacieux et visionnaire, et s’inscrire avant tout, dans la perspective de l’aboutissement de son développement planifié, qui peut et doit contribuer à l’essor de la construction aéronautique au Cameroun, à travers la maitrise de la maintenance locale et de l’assemblage, par nos techniciens maison, des aéronefs, ainsi que la formation sur place, des pilotes et autres personnels d’exploitation de l’aviation civile, selon les standards les plus relevés et normes internationales.
Il est important de noter qu’au regard du contexte international marqué par la crise du Covid-19 qui impacte le secteur et le marché du transport aérien, compte tenu des nombreuses crises annoncées par les compagnies qui licencient ou déposent tout simplement le bilan du fait des mois d’inexploitation de leurs aéronefs cloués au sol par les fermetures des frontières, cette situation critique peut être une aubaine pour les Etats désirant renforcer la flotte de leurs compagnies aériennes par l’acquisition des avions de seconde main, qui seront ainsi à la recherche des preneurs.


La crise actuelle dans le secteur des transports aériens dans le monde peut servir de meilleure rampe de lancement pour Camair-co, si l’Etat du Cameroun veut saisir cette opportunité pour renforcer sa flotte, recapitaliser l’entreprise, et lui donner une autonomie managériale avant de l’accompagner en la protégeant de manière à lui faire profiter pleinement de la réouverture du ciel.
Seulement, pour nous qui militons avec la Convergence Panafricaine pour une véritable unité de l’Afrique et une intégration panafricaine, nous avons la certitude que le projet d’une compagnie commune aux pays de la sous région d’Afrique Centrale, par la mutualisation des forces et des ressources qu’il garanti, aurait été la meilleure réponse de l’Afrique à la volonté africaine de conquête et de maitrise des marchés, tant en Afrique que dans le monde, dans ce secteur porteur et très rentable des transports aériens.
Mbamy de Fochada
Leader de la Convergence Panafricaine
Douala, le 27 juin 2020

Comments

0 comments

Most Popular

Marches du 22 Septembre: la qualification d’ insurrection est non fondée selon Cabral Libii

En tournée en France, Libii Li Ngué Cabral, Président du PCRN était notre invité dans le Point Diaf-tv du 29 Septembre.Ont été...

(video)Me Alice Nkom: « Kamto fait peur du fait de sa capacité extraordinaire de mobilisation »

Organisées par le MRC et d'autres partis dont le CPP d'Edith Kahbang Walla, les marches du 22 Septembre avaient laissé enfler une...

Cameroun: CE QUE PENSE LA CONVERGENCE PANAFRICAINE DES MANIFESTATIONS DU 22 SEPTEMBRE 2020

Il est tout à fait normal dans une démocratie ou une dictature, que des citoyens frustrés ou mécontents se lèvent pour exprimer...

Georgette Nekalo sur Diaf-TV: « Ouattara n’a pas le droit de détruire ce qui nous appartient à nous tous ».

Côte d’Ivoire, un pays en effervescence depuis la candidature confirmée puis validée récemment par le conseil constitutionnel ivoirien, du Président sortant Alassane...

Recent Comments

Comments

0 comments