Accueil / Débats et Opinions / Cameroun-Présidentielle 2018: clarifications sur le vote de certains électeurs non autorisés par le code électoral
Double Nationalité Cameroun

Cameroun-Présidentielle 2018: clarifications sur le vote de certains électeurs non autorisés par le code électoral

Profitons de la Présidentielle 2018 pour clarifier la question de la fameuse double nationalité accordée à la femme camerounaise, lui conférant ainsi le droit de vote en tant que camerounaise, tout autant que certains « binationaux » non autorisés .

C’est l’Article 32 alinéa 1 de la loi Portant code de nationalité camerounaise qui perd nombre d’entre nous, y compris les administrateurs en charge du respect des conditions électorales, dans le cas de la double nationalité prétendument absolue, de la femme camerounaise.

Le fameux Article stipule que:

ARTICLE 32
1) La femme camerounaise qui épouse un étranger conserve la nationalité camerounaise, à moins qu’elle ne déclare expressément au moment de la célébration du mariage, et dans les conditions prévues aux articles 36 et suivants de la présente loi, répudier cette qualité.

Avant de lever le flou sur cet article, que les choses soient claires. Le code électoral camerounais ne reconnaît pas des électeurs non camerounais pour ses événements électoraux et référendaires.

Ceci est clairement stipulé dans l’article 45 de la Loi N°2012/001 du 19 avril 2012 portant code électoral en les termes ci-après:

ARTICLE 45.– Est électeur, toute personne de nationalité camerounaise, sans distinction de sexe, âgée de vingt (20) ans révolus, inscrite sur une liste électorale et ne se trouvant dans aucun cas d’incapacité prévue par la loi.

La loi camerounaise n’admettant pas de double nationalité, exception faite aux femmes d’origine camerounaise, mariées aux ressortissants de pays conférant automatiquement leur nationalité aux femmes étrangères épousant leur hommes. Nous allons l’expliquer plus bas.

L information ayant circulé sur la toile, alléguant des dispositions particulières, autorisant les binationaux d’origine camerounaise, possédant une pièce d’identité ou un acte de naissance camerounais à voter aux prochaines présidentielles, est tout autant illégale si elle venait à être appliquée, que l’acte de vote dont certains de nos compatriotes disposant la double nationalité, sont coutumiers chez nous au vu et au su de tout le monde.

Cela clarifié, poursuivons avec le cas de nos charmantes épouses, mères, sœurs et filles.

Nous disions un peu plus haut, que la Loi actuelle portant Code de la Nationalité Camerounaise autorise la double nationalité à la femme d’origine camerounaise, que si le pays de son conjoint lui confère automatiquement la nationalité au moment du mariage.

>>Qu est ce que cela veut dire en français facile? Illustration avec le cas de la France << Pour qu' une femme camerounaise d'origine, déclare posséder la double nationalité franco-camerounaise en toute légitimité et légalité , elle devrait avoir été mariée à son conjoint français avant la loi de Mai 1984, qui supprimait l'acquisition automatique de la nationalité française au moment du mariage, à la femme étrangère, épousant un français,. Avec cette fameuse loi de 1984, née de la hausse vertigineuse de l'acquisition de la nationalité en France , la femme étrangère devait désormais attendre 6 mois pour effectuer sa demande de naturalisation française. Aujourd'hui il faut attendre 4 ans pour le cas de la France. La démarche consistant à introduire la demande de naturalisation française six (6) mois plus tard après son mariage, enfreint de facto l'Article 31 alinéa 1 de la Loi N°2012/001 du 19 avril 2012 portant code de nationalité camerounaise stipulé comme suit

Article 31

Perd la nationalité camerounaise:

1-) Le Camerounais majeur qui acquiert ou conserve volontairement une nationalité étrangère.

Ces points ainsi étayés, l’électrice d’origine camerounaise et de nationalité étrangère, régulièrement inscrite sur une liste électorale pour la prochaine présidentielle, devra prouver qu’elle a conservé sa nationalité camerounaise du fait de la loi portant code de la nationalité du pays de son époux, lui conférant automatiquement la nationalité au moment du mariage.

Et si c’est un électeur régulièrement inscrit d’origine camerounaise et possédant une nationalité étrangère, il est illégalement inscrit. Ne peut pas voter pour les raisons clairement expliquées haut.

NHL, Manageur général de Diaspora Afrique Télévision (Diaf-Tv)

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

Paul Biya

Cameroun: lettre ouverte à Paul Biya

Lettre ouverte à Paul Biya Par Vitalis Essala, sociologue, écrivain, chef d’entreprise, et promoteur social ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string brzOoI to the field below: