Accueil / A La Une / Cameroun-Douala: ils sont venus nombreux aux obsèques de Joe Mboulè
joe-mboule-obseques

Cameroun-Douala: ils sont venus nombreux aux obsèques de Joe Mboulè

Ses obsèques ont eu lieu à Douala au cours du week-end en présence du ministre des Arts et de la Culture.
Joe Mboulè, c’était tellement plus que la musique, plus que la culture, plus que Douala aussi. Ses obsèques, les 30 et 31 octobre 2015 l’ont démontré à l’envi. Entre le ministre des Arts et de la Culture, Narcisse Mouelle Kombi, pour sa première sortie officielle dans la capitale économique, venu porter le message de condoléances du gouvernement, mais aussi venu en frère, en cadet, pour son hommage personnel à un ainé qui l’a positivement
marqué depuis des années. Entre les leaders politiques – on a pu reconnaître Jean de Dieu Momo, Anicet Ekanè – venus saluer l’influence d’un individu qui dépassait les frontières de la culture. Les Ama Pierrot et autres venus tout droit de Yaoundé. Jacky Biho qui pour répondre à la question d’un journaliste n’a pu répondre que par un sanglot et un refus de la tête. Sam Mbendè, le chagrin visible devant la perte de son frère,

soutenu par deux amies tout aussi affligées. Les figures emblématiques du makossa, ainés, contemporains, cadets de Joe Mboulè, qui n’ont pas hésité à monter sur scène lors de la veillée artistique, Ekambi Brillant, Henri Njoh, Djene Djento, Beko Sadey, Ben Decca.

Ben Decca, jeune talent dans les années 80 que Joe aura produit par son label Tempo Records. La suite, on la connaît.
Ludovic Georges Njoh Mboulè, 62 ans au jour de son décès le 11 octobre 2015, 43 ans de carrière, plus d’une dizaine d’albums et quatre 45 tours, repose donc désormais, depuis samedi dernier, au cimetière du Bois des Singes. Là où son épouse Georgette, 36 ans de mariage jusqu’à ce que la mort les sépare récemment, et ses cinq enfants lui ont dit ce qui n’est qu’un au revoir. Joël Serge, son fils, lui a d’ailleurs souhaité le meilleur dans l’au-delà : « A sango, wala bwam », qu’on pourrait traduire par « Papa, va en paix !». Et dans cet au-delà, il rejoint son oncle Eboa Lotin, sa cousine Charlotte Mbango. Car comme le rappelait le Minac lors de son hommage, Joe Mboulè était issu d’une famille de nombreux musiciens. Parmi lesquels aussi son grand-père membre de la fanfare du canton Akwa, son père violoniste. Et au milieu de tous ces honneurs à Joe, on retiendra des qualificatifs comme « illustre », « icône », « très grand », lui qui aura tant et tant œuvré pour le droit d’auteur. Et le vide qu’il laisse, Ama Pierrot le résume : « La culture camerounaise vient de perdre un maillon très fort et nous allons le regretter. Peut-être qu’on ne le réalise pas maintenant, mais dans les années à venir, nous nous rendrons compte que nous avons perdu un maillon essentiel dans la culture camerounaise ». Alors à qui dira-t-on maintenant « Kwe mba dia » ?

Narcisse Mouelle Kombi, ministre des Arts et de la Culture: « Il voulait une scène musicale apaisée »
« Joe Mboulè, c’était un homme de qualité, qui portait la marque de l’excellence et de l’élégance, qui portait la marque de la noblesse, mais aussi une grande humilité. C’était un homme, un aîné, un grand frère dont je garde personnellement le meilleur souvenir. Joe Mboulè était de ceux qui œuvraient nuit et jour pour que le miel de notre culture soit toujours de la meilleure saveur. Il chantait la paix et l’amour, mais le plus important, c’est que Joe Mboulè voulait une scène musicale apaisée. Il fut l’un des premiers administrateurs de la Socadra. Son engagement en faveur du droit d’auteur est connu et reconnu de tous ».

Joël Serge Njoh Mboule, fils du défunt: « Il faut perpétuer son héritage »
« Notre papa nous a quand même toujours préparés à gérer les affaires de la famille. Mais, ce n’est pas cela le plus important. Le plus important, c’est que nous perpétuions son héritage culturel. Il y a des jeunes artistes qu’il avait commencé à produire. Le plus important, c’est donc de continuer son travail, son œuvre, de perpétuer sa mémoire ».

Source: 237online.com /le titre est de la rédaction de diaf-tv

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

Capture d’écran 2019-12-29 à 02.41.24

Livre: « le Cameroun contre sa diaspora » de Raoul Nkuitchou Nkouatchet en revue sur Diaf-tv

« LE CAMEROUN CONTRE SA DIASPORA », un essai du Dr. Raoul Nkuitchou Nkouatchet, universitaire, membre du ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string 79uYO1 to the field below: