Accueil / Monde / Brexit: rejet massif de l’accord obtenu par Theresa May avec l’UE
depute_Britaniques

Brexit: rejet massif de l’accord obtenu par Theresa May avec l’UE

les députés britanniques rejettent à une large majorité l’accord négocié par Theresa May avec l’Union européenne à la suite du Brexit

« It is a no. » La Chambre des communes britannique a massivement rejeté, mardi 15 janvier, l’accord passé entre Theresa May et les Etats membres de l’Union européenne sur le Brexit 432 députés ont voté contre, 202 pour.

Dans le détail, 118 députés conservateurs ont voté contre l’accord sur le Brexit défendu par Theresa May, fait remarquer un journaliste sur Twitter. La Première ministre britannique est face à un rejet massif d’une partie de ses troupes.

Capture d’écran 2019-01-16 à 04.06.50

Le chef du Labour, Jeremy Corbyn, estime que le résultat du vote est « une défaite catastrophique » pour le gouvernement conservateur de Theresa May. Il a donc décidé de présenter une motion de censure contre ce dernier. Elle sera débattue mercredi.

Un « plan B »

Visiblement abattu, Theresa May a expliqué que « La chambre des Communes a parlé et ce gouvernement écoutera ». Plusieurs options s’offrent désormais à elle si elle garde la confiance du Parlement :

• Elle peut s’engager à retourner négocier à Bruxelles.

• Elle peut demander un report de la date du Brexit, prévue le 29 mars.

• Le rejet du texte ouvre également la possibilité d’un divorce sans accord, particulièrement craint par les milieux économiques.

« Le temps est presque écoulé »

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a aussitôt réagi au vote. « Si aucun accord n’est possible, et que personne ne veut une absence d’accord, qui aura enfin le courage de dire quelle est la seule solution positive ? » a-t-il écrit sur Twitter.
Capture d’écran 2019-01-16 à 04.11.23

Jean-Claude Juncker va même plus loin. Le rejet de l’accord négocié a accru le risque d’un divorce sans accord, selon le président de la Commission européenne. « J’appelle le Royaume-Uni à clarifier ses intentions dès que possible. Le temps est presque écoulé », a-t-il déclaré.

L’accord validé par le gouvernement britannique et par l’Union européenne est un document de 585 pages, contenant 185 articles. Il prévoyait notamment une période de transition du 30 mars 2019 au 31 décembre 2020.

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

israel

La Palestine fait état de près d’un millier de personnes arrêtées par Israël en deux mois

Plus de 900 Palestiniens, dont 133 mineurs et 23 femmes, ont été arrêtés en mars ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string raeZVw to the field below: