8.2 C
New York
dimanche, novembre 29, 2020
Home Autres Articles Attaques contre Manaouda Malachie: la mise au point de Bibou Nissack

Attaques contre Manaouda Malachie: la mise au point de Bibou Nissack

BUREAU DU PORTE-PAROLE DE MAURICE KAMTO
COMMUNIQUE DE PRESSE

/
OFFICE OF MAURICE KAMTO’S SPOKESPERSON
PRESS RELEASE

Il y a quelques jours, le Président élu Maurice KAMTO, en l’occurrence en sa qualité de citoyen ordinaire, a procédé à la remise d’un don personnel important à l’initiative Survie-Cameroon-Survival Initiative (SCSI). Au terme de son allocution de circonstance lors de la cérémonie de remise de ce don au Président du Comité de gestion de SCSI, Maurice KAMTO a pris note avec appréciation que le Président du Comité de Gestion de SCSI, monsieur Christian PENDA EKOKA, se disposait à remettre, sans délais, le don reçu au Ministre de la Santé Publique (MINSANTÉ), et allait engager aussitôt les démarches en ce sens une fois la cérémonie de réception du don terminée. C’est avec étonnement que Maurice KAMTO a découvert, comme d’autres, le refus par le MINSANTÉ d’accueillir les dons de SCSI pour des motifs incompréhensibles. Dons pourtant forts utiles en particulier pour le personnel soignant des formations sanitaires du pays. « L’hôpital qui se moque de la charité », comme dirait l’adage.
Le bureau du Porte-parole de Maurice KAMTO tient à informer l’opinion publique que
l’attitude du MINSANTÉ constitue, certes, une grave faute morale et politique, en particulier
au regard de l’expansion de la pandémie dans notre pays, de la détresse des populations et
particulièrement du personnel de santé qui paie un tribut important sur le front de la lutte
contre le Covid-19. Cependant, cette attitude anti républicaine ne peut, et ne saurait en aucun cas donner lieu à de quelconques attaques personnelles haineuses, abjectes, dirigées contre le MINSANTÉ, monsieur MANAOUDA Malachie, que ce soit sur une base ethnique ou tribale, ou sur toute autre base contraire aux règles du débat public républicain.
Il est établi que des faux profils ont été mis à contribution pour mener de telles attaques
intolérables dans le but d’en faire endosser faussement la responsabilité à la Résistance
Nationale Pacifique et son leader le Président élu Maurice KAMTO. Une telle manœuvre
éhontée, menée par des officines qu’on avait déjà vu à l’œuvre pendant la campagne
électorale pour la présidentielle de 2018, ne prospèrera pas, car le peuple camerounais n’est pas dupe. En effet, les mêmes avaient utilisés des méthodes identiques pour propager un mensonge indigne selon lequel Maurice KAMTO aurait refusé naguère d’aller enseigner dans le septentrion du Cameroun parce qu’il n’enseigne pas les « moutons », lui qui fut pourtant un de ceux qui ont ouvert la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques de l’Université de Ngaoundéré. Il s’agissait donc d’un grossier mensonge ; car le Professeur Maurice KAMTO a vécu à Ngaoundéré et enseigné dans ladite Université de 1993 à 1995. Bien plus, il n’a jamais traité ses compatriotes, frères et sœurs du Septentrion de « moutons ». Comment le pourrait-il, lui dont on connaît l’amour profond et sincère pour tous les Camerounais ? Les étudiants qu’il a contribué à former à Ngaoundéré occupent diverses fonctions parfois très élevées dans notre pays et il en est très fier. Des individus animés par une haine aveugle ont répandu ce mensonge dans le seul but de discréditer Maurice KAMTO en le couvrant injustement d’opprobre. C’est peine perdue.
Le Porte-parole tient donc à appeler à la vigilance tous ceux qui se réclament de la cause
défendue par le Président élu Maurice KAMTO, les militants du Mouvement pour la
Renaissance du Cameroun (MRC), les sympathisants, à ne surtout pas tomber dans cette dérive où des agents à la solde du régime illégitime veulent les entraîner. Les attaques à caractère tribal ou religieux, ou portant sur la vie privée des personnes sont inacceptables et n’entrent en aucune manière dans l’éthique de Maurice KAMTO, ni celle du MRC. Elles sont clairement en opposition avec les idéaux républicains promus, défendus et incarnés dans ses actes quotidiens, par le Président élu Maurice KAMTO.
Le régime illégitime qui se cache derrière de telles manœuvres, fondées sur des discours haineux, espère ainsi :

  • Noyer son incompétence, ses manquements et ses faiblesses dans la riposte au Covid-19 et faire, contre toutes attentes, du Président élu Maurice KAMTO, le principal problème du pays, y compris en ce qui concerne la lutte contre cette pandémie ;
  • Entacher les initiatives et actions mises en place par le citoyen Maurice KAMTO en vue de contribuer activement à la riposte nationale solidaire contre le Covid-19 ;
  • Distraire l’opinion suite aux surfacturations scandaleuses observées dans des marchés publics totalement opaques passés notamment au Ministère de la santé dans le cadre de la riposte anti Covid-19.
  • Masquer qu’il y a à peine quelques heures, un mouvement d’humeur des EIR (Équipes d’Intervention Rapides) du MINSANTÉ a mis à jour leurs impayés. Les EIR constituants la première barrière sanitaire des personnels en charge du dépistage des cas suspects de Covid-19, il est proprement inconcevable qu’elles soient ainsi négligées là où les fonds manquent pourtant le moins.
  • Éclipser la persistance d’un conflit absurde créé et entretenu par le régime illégitime dans le NoSo, et faire oublier notamment le fiasco du mensonge d’État découvert au sujet du massacre de Ngarbuh ;
  • Faire passer sous silence l’absurdité de la décision d’autoriser l’ouverture des débits de boisson et lieux de détente nocturnes sans limitations dans le temps, qui constitue un véritable désarmement de la vigilance vis-à-vis du Covid-19 aux conséquences potentiellement catastrophiques. Le but inavouable est de détourner les Camerounais des problèmes politiques, économiques, sociaux et sécuritaires du pays en les noyant dans l’alcool, en plus de la perspective de contracter le mortel coronavirus ;
  • Occulter la contradiction entre cette autorisation d’ouverture des débits de boisson et autres lieux de détente nocturne où se rassemblent des foules compactes sans respect d’aucune mesure-barrière, et la décision d’annulation de la célébration officielle de la fête nationale du 20 mai 2020 dont il y a dès lors lieu de penser qu’elle a pour seul but de couvrir la disparition de l’espace publique et de la vue des Camerounais, du Chef d’Etat en fonction. En sorte qu’il y a lieu de se demander : Que cherche-t-on ainsi à cacher aux Camerounais ?
    Malgré cette démarche boiteuse et alambiquée, personne dans ce régime illégitime ne fera oublier le malaise réel du personnel médical démuni en cette période de crise sanitaire.
    On aura beau s’en défendre au sein du régime illégitime de Yaoundé, le fait est que la cohérence est ce qui manque le plus dans sa « stratégie anti Covid-19 ». Ainsi donc, tandis qu’une approche nationale inclusive est appliquée dans les autres pays en vue de donner une riposte appropriée et efficace au Convid-19 avant d’envisager le «déconfinement», le régime en place opte pour la division et la désunion.
    Cela est d’autant plus choquant que les caisses de l’Etat sont quasi-vides, pillées à l’occasion de l’organisation foireuse d’une CAN 2019 n’ayant finalement jamais eu lieu dans notre pays.
    Le Cameroun en est donc réduit à des expédients, à demander aux entreprises de faire des dons en argent plutôt qu’en nature, à se précipiter vers la Banque Mondiale, le FMI et quelques partenaires bilatéraux pour quémander des bouées de sauvetage. C’est une triste ironie pour un régime qui fait croire aux Camerounais qu’il défend la souveraineté nationale, alors qu’il est à plat devant le moindre donateur étranger.
    Les cabales montées à la hâte sous de fausses bannières par le régime illégitime qui veut ternir par tous les moyens l’image de l’adversaire politique certes, mais républicain pugnace, efficace et clairvoyant qu’est le Président élu Maurice KAMTO, sont vouées à l’échec.
    Le régime illégitime ferait mieux de s’occuper des problèmes du pays au lieu de s’occuper à faire le décompte du nombre de chauves-souris dans le ciel tandis que sur terre les Camerounais succombent au Covid-19 dont le rythme de propagation fait légitimement
    craindre le pire.
    Yaoundé, le 4 mai 2020
    Le Porte-parole

BIBOU NISSACK Olivier

A few days ago, President-elect Maurice KAMTO, in this case in his capacity as an ordinary citizen, made a significant personal donation to the Survie-Cameroon-Survival Initiative (SCSI). At the end of his special address at the ceremony for the offering of this donation to the chairman of the SCSI management committee, Maurice KAMTO noted with appreciation that the chairman of the SCSI Management Committee, Mr. Christian PENDA EKOKA, was ready to deliver, without delay, the donation received to the Minister of Public Health, and would immediately begin the steps in this direction once the ceremony for receiving the donation was completed. It is with amazement that Maurice KAMTO discovered, like others, the refusal by the Ministry of Health to accept the donations of SCSI for incomprehensible reasons. However, such donations are particularly useful for health-care workers in the country. « The hospital that mocks charity, » as the saying goes.
The Office of Maurice KAMTO ‘s spokesperson wishes to inform the public that the attitude of the Minister of Health is, of course, a serious moral and political fault, especially in view of the expansion of the pandemic in our country, the distress of the population and especially of the health personnel paying a heavy price on the front of the fight against Covid-19. However, this anti-republican attitude cannot, and should not in any way give rise to any hateful, abject personal attacks directed against the Minister of Public Health, Mr. MANAOUDA Malachie, whether on an ethnic or tribal basis, or on any other basis contrary to the rules of a Republican public debate.
It is established that false profiles have been used to carry out such intolerable attacks with the aim of falsely claiming responsibility for them to the Peaceful National Resistance and its leader, President-elect Maurice KAMTO. Such a shameless manoeuvre, led by workshops that had already been seen at work during the campaign for the Presidential election of 2018, will not prosper, because the Cameroonian people is not fooled. Indeed, the same had used identical methods to propagate an unworthy lie that Maurice KAMTO once refused to go to teach in the north of Cameroon because he does not teach the « sheep », but he was one of those who opened the Faculty of Legal and Political Sciences of the University of Ngaoundere. It was therefore a gross lie ; for Professor Maurice KAMTO lived in Ngaoundéré and taught at that university from 1993 to 1995. Much more, he never treated his compatriots, brothers and Sisters of the North as  » sheep « . How could he, whose deep and sincere love for all Cameroonians is known ? The students he helped train in Ngaoundéré are in various positions, sometimes very high in our country, and he is very proud of them. Individuals motivated by blind hatred spread this lie with the sole purpose of discrediting Maurice KAMTO by unfairly covering him with reproach. It’s a wasted effort.
The spokesman therefore wants to call to vigilance all those who claim the cause defended by the president-elect Maurice KAMTO, the activists of the Cameroon Renaissance Movement (CRM), the sympathizers, not to fall into this drift where agents remunerated by the illegitimate regime want to trap them. Attacks of a tribal, religious, or personal privacy nature are unacceptable and in no way fall within the ethics of Maurice KAMTO or the CRM. They are clearly in opposition to the Republican ideals promoted, defended and embodied in his daily actions, by President-elect Maurice KAMTO.
The illegitimate regime that hides behind such manoeuvres, based on hate speech, therefore hopes :

  • Drown its incompetence, shortcomings and weaknesses in the response to Covid-19 and portray, against all odds, President-elect Maurice KAMTO, as the main problem of the country, including with regard to the fight against this pandemic ;
  • Undermine the initiatives and actions put in place by The Citizen Maurice KAMTO with a view to actively contributing to the national solidarity response against Covid-19 ;
  • To distract public opinion following the scandalous overcharges observed in totally opaque public procurement contracts awarded in particular by the Ministry of Public Health as part of the anti-Covid-19 response.
  • Hide the fact that, just a few hours ago, a mood movement of the EIR (Rapid Intervention Teams) of the MINHEALTH unveiled that these workers had not been paid. As EIR are the first health barrier of personnel in charge of screening for suspected cases of Covid-19, it is absolutely inconceivable that they should be neglected where funds are the least lacking.
  • Overshadow the persistence of an absurd conflict created and maintained by the illegitimate regime in the NoSo, and make forget in particular the fiasco of the state lie discovered about the Ngarbuh massacre ;
  • To silence the absurdity of the decision to allow the opening of bars and nightclubs without limitation in time, which constitutes a real disarm of vigilance towards Covid-19 with potentially catastrophic consequences. The unspeakable goal is to divert Cameroonians from political, economic, social and security problems of the country by drowning them in alcohol, in addition to the prospect of contracting the deadly coronavirus ;
  • To conceal the contradiction between this authorization to open drinking outlets and other places of night relaxation where compact crowds gather without respect for any barrier measures, and the decision to cancel the official celebration of the national day of 20 May 2020 which there is therefore reason to think that it has the sole purpose of covering the disappearance from the public space and the view of Cameroonians, of the de facto Head of State in. So that there is reason to ask : What is thus sought to hide from Cameroonians ?
    Despite this lame and convoluted approach, no one in this illegitimate regime will forget the real discomfort of the poor medical staff in this period of health crisis. Although we will have to defend ourselves within the illegitimate regime of Yaoundé, the fact is that coherence is what is missing most in its « anti Covid-19 strategy ». Thus, while an inclusive national approach is applied in other countries with a view to providing an appropriate and effective response to the Covid-19 before considering « deconfinement », our illegitimate regime opts for division and disunity.
    This is all the more shocking as the state coffers are almost empty, looted on the occasion of the messy organization of an AFCON 2019 having finally never taken place in our country. Cameroon is thus reduced to expedients, to ask companies to make donations in cash rather than in kind, to rush to the World Bank, the IMF and some bilateral partners to ask for lifebuoys. It is a sad irony for a regime that makes Cameroonians believe that it defends national sovereignty, while it is flat in front of the slightest foreign donor.
    The cabal hastily mounted under false banners by the illegitimate regime that wants to tarnish by all means the image of the political opponent, certainly, but pugnacious, effective and far-sighted Republican that is President-elect Maurice KAMTO, are doomed to failure.
    The illegitimate regime would do better to take care of the country’s problems instead of taking care of counting the number of bats in the sky while on Earth Cameroonians succumb to Covid – 19 whose pace of spread legitimately makes them fear the worst.

Yaoundé, May 4th, 2020
The spokesperson
BIBOU NISSACK Olivier

Comments

0 comments

Most Popular

Marches du 22 Septembre: la qualification d’ insurrection est non fondée selon Cabral Libii

En tournée en France, Libii Li Ngué Cabral, Président du PCRN était notre invité dans le Point Diaf-tv du 29 Septembre.Ont été...

(video)Me Alice Nkom: « Kamto fait peur du fait de sa capacité extraordinaire de mobilisation »

Organisées par le MRC et d'autres partis dont le CPP d'Edith Kahbang Walla, les marches du 22 Septembre avaient laissé enfler une...

Cameroun: CE QUE PENSE LA CONVERGENCE PANAFRICAINE DES MANIFESTATIONS DU 22 SEPTEMBRE 2020

Il est tout à fait normal dans une démocratie ou une dictature, que des citoyens frustrés ou mécontents se lèvent pour exprimer...

Georgette Nekalo sur Diaf-TV: « Ouattara n’a pas le droit de détruire ce qui nous appartient à nous tous ».

Côte d’Ivoire, un pays en effervescence depuis la candidature confirmée puis validée récemment par le conseil constitutionnel ivoirien, du Président sortant Alassane...

Recent Comments

Comments

0 comments