Accueil / Afrique / Après le retrait du Qatar, Djibouti et l’Érythrée s’affrontent de nouveau
Le cap de Doumeira (Ras Doumeira) et les îles du même nom, à la frontière entre Djibouti et l'Erythrée.
© Wikimedia Commons / Archer90
Le cap de Doumeira (Ras Doumeira) et les îles du même nom, à la frontière entre Djibouti et l'Erythrée. © Wikimedia Commons / Archer90

Après le retrait du Qatar, Djibouti et l’Érythrée s’affrontent de nouveau

La tension monte entre Djibouti et l’Erythrée. Mercredi, le Qatar a annoncé qu’il avait retiré ses troupes de la région du Ras Doumeira, un secteur revendiqué par les deux pays. Or, Djibouti accuse les soldats érythréens d’avoir profité du retrait qatarien pour se déployer dans la zone. Suite à sa saisine, le Conseil de sécurité de l’ONU examinera officiellement la question lundi prochain.

Face à l’opportunisme de son voisin, Djibouti a formellement protesté auprès des Nations unies. Le chef de la diplomatie du pays a écrit au Conseil de sécurité pour dénoncer « une atteinte directe » à sa souveraineté territoriale et « un danger majeur pour la paix et la sécurité de la région ».

Dans son message, Djibouti reproche au passage au Qatar d’avoir retiré ses troupes de façon unilatérale et sans consultation. Un choix qui a, selon le ministre djiboutien des Affaires étrangères, créé un vide dans la zone. « L’opposition des forces entre les deux pays peut dégénérer à tout moment », dit-il.

Derrière Djibouti, le spectre de l’Ethiopie

Djibouti demande ainsi au Conseil de sécurité d’ordonner à l’Erythrée de se retirer.
En effet, l’escalade n’est pas à exclure. Des affrontements armés entre les deux pays ont déjà eu lieu en 2008. Il s’étaient soldés par quelques victimes et des prisonniers de part et d’autre. C’est à ce moment que le Qatar avait joué les médiateurs.

Mais le contexte est aujourd’hui bien différent. Car l’an dernier, les gouvernements djiboutien et éthiopien ont signé un accord de défense. L’Ethiopie, ennemi héréditaire de l’Erythrée, pourrait donc réagir en cas d’attaque contre Djibouti, et provoquer un nouvel embrasement de la région.

Comments

comments

test pub

Vérifiez également

En visite officielle à Rabat, le 14 juin, Emmanuel Macron, entouré de Philippe Étienne, d’Ahlem Gharbi et d’Aurélien Lechevallier(de g. à dr.). © FADEL SENNA/AFP

France : un bref aperçu sur les « Africains » du président Macron ?

Emmanuel Macron a confié à un diplomate chevronné, Philippe Étienne, et à l’un de ses ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Please copy the string M4FLEU to the field below: